New-York, la grosse pomme ! Vous avez déjà rêvé de vivre ici ou d'apercevoir la statue de la Liberté ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 7 Juil - 9:12

Non sérieusement. Oui sérieusement. Delia était encore dans la bibliothèque de l'université, essayant une nouvelle fois d'éviter Jamie, la bonne nouvelle était quand même que comme il avait un an de plus qu'elle, il se trouvait dans l'année supérieure des études qu'ils avaient en commun: la médecine. Ce fichu destin avait réellement décidé de les réunir ensemble parce qu'à chaque fois qu'elle essayait de l'ignorer, le jeune homme trouvait toujours un moyen de se retrouver dans son chemin ou bien dans ses pensées.

La jeune fille soupira tout en prenant un livre sur les sciences humaines pour réviser son contrôle du lendemain. On aurait presque pu dire que cet amour la tuait peu à peu à petit feu. Ses amis de toujours n'aimaient pas Jamie et refusaient qu'elle le fréquente et elle avait prévu de tomber amoureuse à la fin de ses études. Mais évidemment il avait fallu que la belle découvre encore plus que les sentiments ne se contrôlent pas et elle haïssait celui qui détenait son coeur sous clé du plus profond de son être.

Delia posa lourdement le bouquin de cours sur la table où elle s'était installée, s'attirant quelques regards noirs pour le bruit qu'elle venait de faire mais en réalité, elle s'en fichait totalement. Elle ouvrit le livre puis son cahier de cours à côté puis commença à réviser cette fois-ci dans le silence le plus complet. Elle mit ses écouteurs dans ses oreilles puis les retira. Elle allait encore trouver plusieurs chansons qui lui permettraient d'inventer plusieurs histoires d'amour avec Jamie. Serait-ce lui son “prince charmant” ? Le prince charmant n'existait pas, à part dans les contes de fée. Si il l'était, cela serait une sorte d'amour interdit à cause de ses amis mais aussi...qui pourrait s'intéresser à une personne comme elle ? Elle n'était pas la fille la plus féminine au monde, pouvant se ramener parfois en jogging et tee-shirt avec éventuellement un pull par-dessus selon le temps qu'il faisait dehors. Il lui arrivait aussi de mettre des robes ou bien des jupes par exemple. Mais en fait, elle se fichait presque de ce qu'elle portait, du moment qu'elle se sentait confortable dans ses vêtements. Bon...quand même la belle vérifiait qu'elle n'avait quand même pas l'air ridicule pour qu'on ne se moque pas d'elle pour vraiment la toute première fois de sa vie.

Tout cela pour dire que Delia ne voyait vraiment pas pourquoi Jamie pourrait s'intéresser à une fille comme elle. Elle le voyait, il était aimé en général dans l'université et était en plus assez populaire auprès de la gente féminine. C'était sûrement pourquoi elle avait été si surprise lorsqu'il lui avait presque réclamé un rendez-vous. Elle se demandait encore et encore dans sa tête une célèbre question “Pourquoi moi ? Veux-tu te moquer de moi en jouant avec mes sentiments ?”. Pourtant c'était exactement ce qu'elle estimait qu'il faisait en ce moment. Il la faisait rire avec ses blagues à deux balles, lui lançait ce regard craquant avec ce sourire ravageur et qu'il n'aille pas affirmer qu'il ne le faisait pas exprès. De plus, Delia n'avait vraiment aucune expérience en la matière. Que faire en tant que petite amie ? Comment faire pour ne pas perdre son copain ? Comment bien embrasser ? Comment embrasser avec la langue ? Comment doit-on réagir si on sent que le baiser va prendre cette tournure ? Que faire si on embrasse mal ? Comment faire pour avouer à son petit ami qu'on est encore vierge à 21 ans sans qu'il ne se moque de vous et vous quitte éventuellement parce que vous n'avez aucune expérience ? Comment faire l'amour ?

Ca y était. Toutes ces questions tourbillonnaient une nouvelle fois dans l'esprit de Delia, l'empêchant totalement de bien se concentrer sur ses sciences humaines. Autant rester vierge en tout et terminer vieille fille comme cela toutes ces questions seront rapidement réglées. Voilà. C'était la parfaite solution et la belle se demandait pourquoi elle n'y avait pas pensé plus tôt. Elle pourrait se concentrer à présent sur ses études, et après son travail à sa guise. Puis éventuellement elle embrasserait quelques garçons histoire de voir quel effet cela faisait.

La jeune fille sortit un bloc-note de son sac-à-dos puis un crayon de sa trousse. Ensuite elle commença à y faire quelques exercices pour vérifier qu'elle connaissait bien le cours pour le contrôle du lendemain. Il fallait absolument qu'elle ait une bonne note. Elle ne se permettrait pas d'en avoir une mauvaise, chose qu'elle ne s'est jamais permis dans aucune matière depuis qu'elle avait commencé l'école primaire.

C'est ainsi qu'on pouvait observer une magnifique jeune fille brune aux yeux bleus azur penchée au-dessus d'un bloc-note, concentrée au possible. Ce n'était pas la plus belle fille au monde mais son naturel rajoutait un certain charme à sa beauté. C'était Delia Alevratos.


Dernière édition par Delia Alevratos le Dim 2 Aoû - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 7 Juil - 10:32


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Pseudo & Pseudo

Je soupire lourdement, le professeur m'ennuie. Il parle, encore et encore comme s'il n'avait pas besoin de faire de pause. Mais tout le monde a besoin de faire des pauses, que ce soit pour tout enregistrer ou même prendre des notes, il n'y pense pas, mais nous, on a dur avec lui. Il n'y a pas que moi, tout le monde galère. Ouais bon, en particulier moi, vu que je n'ai pas écouté du tout cette semaine. Je me rends compte, qu'en fait, j'aurais du. Ne pouvant donc rien faire, je joue avec mon crayon, je le lance en l'air et essaye de le rattraper et j'y arrive. Le professeur ne me voit pas, en même temps, je suis au fond de la classe et il est trop occupé à parler de je ne sais quoi. Je regarde les autres élèves, ils ont l'air super concentré, penché sur leurs feuilles et attentifs. Puis, il y a moi, jouant avec un stupide crayon, ne comprenant rien à ce qu'il raconte. Mais on s'en fout, je ne suis pas Jamie Edison pour rien, on me connaît maintenant.

Je me pose bien sur ma chaise, regarde devant moi et laisse mes pensées m'emporter. Je vois Delia. La brune, là. La belle brune, pour aller dans les détails. Je me demande ce qu'elle fait en ce moment, si elle s'amuse ou si elle traîne avec ses amies -pas amusante du tout, au passage-. J'aimerais bien la rejoindre, mais là, je ne peux pas et ça m'énerve. Pourtant, tout est possible. Donc, je vais faire ce qu'il faut pour la rejoindre. Le cours n'est pas prêt de se terminer, en plus. Je range mon livre et mes feuilles donc mon sac, je range aussi ma trousse, ce serait bête de l'oublier. Je lève ensuite la main, faisant semblant d'avoir très mal au ventre. Je ne suis pas bon comédien du tout, c'est moche à voir. Je me retiens de sourire quand mon professeur prononce mon nom pour que je puisse parler. « Monsieur, j'ai horriblement mal au ventre, je peux aller voir l'infirmière, aller aux toilettes ou même rentrer chez moi ? S'il vous plaît, c'est horrible. » Il soupire et me dit donc de sortir, je suis satisfait, mais je continue de jouer mon rôle, celui du Jamie malade à en mourir. Mon prof se met juste à côté de moi et me murmure "Qu'on soit bien clair, c'est juste parce que tu ne fais rien, améliore-toi niveau comédie parce que là..." Je fronce les sourcils avant de sortir de la classe et d'avancer dans les couloirs, il y a quelques élèves, de quelle année ? J'en sais rien. Je leur souris, en tant que bon Jamie. Je me rends d'abord dehors, Delia n'y est pas. Je vais prêt de sa salle de cours, Delia n'y est toujours pas. Où pourrait-elle être, bordel ?! Je m'arrête soudainement, je sais où elle pourrait être ! Bibliothèque. Elle, elle révise contrairement à moi. Je suis trop fort ! Je fais demi-tour et me rends donc à la bibliothèque.

En y entrant, la dame qui gère la bibliothèque fronce les sourcils, comme pour se demander qu'est-ce que je venais faire ici. Je lui ai souri, super comme réaction. Je regardais ensuite dans la pièce et plus loin, je vu la brune. Je m'avançais dans les rayons et pris un livre au hasard avant de m'asseoir en face de Delia, sourire aux lèvres. Elle bossait. Je la regardais, le livre posé sur la table. « Salut p'tite brune. Comment tu vas ? » J'étais content de la retrouver, par contre, de la retrouver ici, dans la bibliothèque, j'aimais moins ça. Puis, la bibliothèquère, elle me regardait assez bizarrement. Le fait que je vienne ici était peut-être un miracle, mais ce n'est pas comme si j'allais vraiment lire un livre, réviser ou bosser, non, jamais. « Pas trop dur tes exercices, au moins ? » Et voilà, j'allais encore lui prendre de son temps, mais je savais qu'en réalité, elle aimait ma présence.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Qu'est-ce qui se passe quand deux cousins se retrouvent ? || PV Kenzo Mar 7 Juil - 12:47

Qu'est-ce qui se passe quand deux cousins se retrouvent ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Touch me and then turn away
And put your hands into the flame
Tell me if you feel this pain
Cause I don't want to be a ball and chain


-----------------------------------------------


Une voix. Une voix précise. Une voix qu'elle reconnaîtrait parmi toutes les voix qui peuvent se trouver en ce moment-même sur cette terre: celle de Jamie Edison. Delia ne releva pas son regard, tout comme elle ne lui répondit pas. Sa tentative de l'ignorer numéro elle ne sait plus combien, parce que cela faisait bien trop de fois qu'elle essayait de le faire, venait encore d'échouer. Quand je vous disais que ce fichu destin essayait réellement de les réunir depuis que ce dernier l'avait bousculé “innocemment” dans les couloirs de l'université, ce n'était vraiment pas pour rigoler. Tout était vraiment contre elle et elle se demandait sérieusement pourquoi. Elle avait toujours été à peu près sage et avait toujours été une des meilleures élèves de toutes ses classes alors pourquoi lui mettre l'amour sur le dos, surtout si on ne sait pas si la personne concernée nous aime ou pas, alors qu'elle avait décidé quelques instants plus tôt qu'elle resterait vieille fille jusqu'à la fin de ses jours ? Ce n'était vraiment pas sympa du tout.

Pourtant, il fallait quand même qu'elle se l'avoue. Delia était assez contente de se retrouver avec Jamie ici, même si il n'allait faire que la déconcentrer et lui faire perdre son “oh si précieux” temps de révision à la bibliothèque. De toute façon, ce n'était pas comme si il n'avait pas commencé puisqu'il le fait déjà en trottant dans ses pensées à longueur de journée. Tout cela était de sa faute. Et heureusement qu'elle réussissait à garder ses notes de A à A+. Il y avait eu une fois où elle s'était retrouvée avec un B ou B+ il y a quelques semaines et sur le coup, la belle avait été sur le point d'aller faire avaler son contrôle à Jamie pour lui montrer l'effet qu'il avait sur elle. Sauf qu'elle ne l'avait bien sûr pas fait. Il aurait alors su les sentiments qu'elle ressentait à son égard et elle se serait pris un magnifique râteau si le jeune homme n'avait pas partagé ces derniers. Delia pense qu'elle n'aurait pas pu se montrer à l'université pendant quelques jours ou bien plus, le temps qu'elle réussisse à se montrer devant lui avec un visage sans expression, comme si ce qu'elle ressentait envers lui n'était qu'une amourette de passage. Malheureusement le problème était bien sûr que cela ne l'était pas. Elle avait beau ne pas avoir connu l'amour jusqu'à il y a quelques temps mais elle savait très bien que ce qu'elle ressentait était bel et bien vrai, pas quelque chose qui passe et s'en va sans laisser de trace.

“Je ne suis pas petite.”

Cela fut la seule phrase que la belle lui adressa, ne se donnant encore pas la peine de relever son regard vers le sien. Si il voulait avoir une chance d'avoir une vraie conversation avec elle, il fallait qu'il arrête de venir la déranger dans son travail et de l'appeler “p'tite brune” à chaque fois qu'il lui parlait, enfin presque tout le temps et cela devenait assez énervant. La jeune fille continuait, à chaque fois que cela arrivait, de répéter à Jamie la même chose, soit d'arrêter de dire qu'elle était petite. Mais il la regardait avec un regard amusé et recommençait la fois suivante. Parfois, elle avait vraiment envie de lui dire qu'elle était lesbienne simplement pour qu'il lui fiche la paix et qu'elle ait une chance de l'oublier. Mais cela serait bête, tellement bête. Elle ne le verrait sûrement plus aussi souvent que maintenant, voire plus du tout, et cela briserait son coeur. Non elle ne pouvait pas le faire, surtout lorsqu'elle ne savait pas s'il partageait ses sentiments ou pas, chose qu'elle n'osera jamais lui demander en plus. Et si Jamie savait déjà qu'elle était amoureuse de lui en plus ?

Ses joues prirent une légère teinte rosée rien qu'en y pensant, chose que la bibliothéquaire sembla bien sûr remarquer. La jeune fille était connue pour exceller dans toutes les matières, même celles qui ne faisaient pas partie de ses études, et le fait qu'elle rougisse avec un Jamie en face d'elle, qui devait sûrement avoir un sourire grand jusqu'aux oreilles, était une mauvaise nouvelle. Voyez-vous, une des élèves qui faisait la renommée de cette université avec un autre qui ne pensait presque qu'à s'amuser, ils se disaient que les notes de la belle allaient chuter de façon vertigineuse et le B qu'elle avait eu en avait été la preuve.

Encore une fois, en se souvenant de cet épisode-là, Delia se souvenait pertinemment bien du mot de sa professeure sur sa copie: “Faites attention à vos fréquentations.”. D'ailleurs, ce contrôle n'existe même plus. La jeune fille l'a brûlé à la flamme d'une cigarette, l'avait jeté par terre puis l'avait regardé se consumer sous ses yeux sombres. Personne n'avait le droit de lui dire qui elle devait fréquenter et avec qui elle ne devait pas passer du temps. Elle était bien assez grande pour faire ses propres choix. Puis, la belle releva son regard vers celui de Jamie.

“Bon qu'est-ce que tu veux ?”

D'accord ce n'était pas très gentil ce qu'elle venait de lui dire mais elle avait pris sa décision il y a quelques minutes, ne pensant pas que le destin pouvait encore jouer avec son avenir. Parce que vous savez quel est le pire et le plus excitant dans une vie ? C'est de ne pas savoir de quoi sera composé demain, et cela faisait peur à Delia en ce qui concernait son avenir amoureux quand elle voyait Jamie en face d'elle. Elle avait l'impression qu'il pouvait tout faire d'elle et elle le refusait catégoriquement.


Dernière édition par Delia Alevratos le Ven 31 Juil - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 7 Juil - 13:35


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Delia & Jamie

Je ne suis pas petite.

Je souris, je sais qu'elle n'aime pas quand je la surnomme ainsi, mais, je ne peux me retenir. Elle reste la petite brune quoi qu'il arrive. Après tout, c'est moi qui choisis comment je la surnomme et pas elle. Et en plus de ça, j'aime bien sa réaction puisque je peux me moquer après. Ça l'énerve et moi, ça m'amuse. On est l'opposé de l'autre et pourtant, je m'obstine à la garder tout près. Je ne veux pas la voir partir, jamais. Delia n'est pas une fille que j'ai dans mes filets, non, pas du tout. Je n'ai même pas cherché à l'avoir comme les autres, c'était du pur hasard et depuis le jour où je l'ai bousculé, j'aime énormément le hasard. C'est devenu mon meilleur ami, en fait. J'adore le hasard comme j'adorais mon petit hamster quand j'étais gosse. Dieu sait à quel point j'aimais ce hamster !

"Si, tu es petite, Delia. Crois-moi, je ne mens jamais."

Mensonge. Même là, je mentais. Je mentais comme j'avais menti pour sortir et la retrouver. Ça, je ne vais pas lui dire. Puis, je mens pour mon bien et mes mensonges sont inoffensifs et me concernent juste. Alors, je continue parce que personne ne pourrait m'arrêter ou me dire d'arrêter. Ce n'est pas dans les règles de me dire quoi faire. C'est une des seules règles qu'on doit respecter avec moi, les autres, je m'en contre-fiche royalement. Enfin bref, revenons à nos moutons ou à Delia tout court. Il n'y a qu'elle qui a de l'importance, là. Celle-ci rougit, ce qui me fait sourire, pas un tout petit sourire, un sourire qui monte jusqu'au ciel et bien plus. Elle rougit. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Je ne cherche pas à comprendre, comme d'habitude. Je finirais par le savoir, de toute manière. Je regarde la bibliothécaire, elle nous regarde aussi. Mon regard allait de la bibliothèquaire à Delia. Pourquoi nous regardait-elle ? C'est la question que je me posais, les professeurs ne m'appréciaient pas particulièrement, mais ce n'était pas la peine de nous fixer comme si on était des animaux sauvages. J'aurais bien voulu me lever et parler à la bibliothécaire... Mais non. Delia avait parlé ! Elle avait ouvert la bouche pour la deuxième fois. Elle n'était franchement pas bavarde, ça allait vite changer. Je voulais qu'elle parle, j'aimais bien l'entendre parler. Et non, ce n'est pas bizarre du tout. C'est du Jamie. Delia me demandait ce que je voulais et en fait, je ne voulais rien de spécial à part être en sa compagnie. C'était la réponse que je sortais à chaque fois, en plus. Je haussais les épaules en souriant, comme toujours.

"On va dire que j'ai prétendu avoir mal de ventre pour te parler un peu..."

Le professeur n'avait rien avalé, mais j'avais quand même fait cet effort et j'étais quand même sorti de cette salle. Salle dans laquelle je m'ennuyais toujours. Le problème, c'est qu'apparemment, la petite brune ne voulait pas parler. Madame révisait. Sauf que quand je suis dans les parages, on ne peut réviser. Fort dommage, en effet. Je n'aimais pas le ton qu'elle avait utilisé, c'était assez sec. Et je n'aimais pas quand elle, elle utilisait ce ton avec moi parce que tout ce que je voulais, c'était qu'elle s'amuse un peu.

"Mais apparemment, tu es trop occupée avec.. Avec ça. Les bouquins avant Jamie ? Hm, non, impossible."  

En réalité, c'était possible. C'était possible que si elle faisait comme ses amies. Seulement, je savais que Delia n'était pas comme elle et qu'elle pouvait s'amuser. J'aimais bien quand la petite brune était vraiment elle. Parce que je peux vous dire que quand elle suivait ses amies, je n'avais qu'une envie et cette envie, c'était de la prendre par les bras, de la tirer loin des autres et de la faire rire. Son rire, bordel.

"Puis, je pense que tu as assez révisé ou j'ai tort ?"

Tout ce que je voulais, c'était sortir d'ici. Je ne supportais pas cette salle, ni ces gens et encore moins la cruche qui nous fixait. C'était désagréable de se faire regarder ainsi. Et puis, on avait toute la journée pour s'amuser, il était temps de s'en aller. Pour ça, il fallait que je la fasse changer d'avis et ce n'est pas toujours évident. Elle me résiste et ça, j'adore.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 7 Juil - 15:05

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Do you ever think when you're all alone
All that we can be, where this thing can go?
Am I crazy or falling in love?
Is it real or just another crush?

Do you catch a breath when I look at you?
Are you holding back like the way you do?
'Cause I'm trying and trying to walk away
But I know this crush ain't goin' away-


-----------------------------------------------



Jamie cherchait toujours à la contredire et à l'embêter et cela, Delia n'avait jamais compris pourquoi. Depuis ce fameux jour où ils s'étaient revus, le jeune homme faisait tout pour attirer son attention, venant même à sécher des cours simplement pour la voir comme il venait de le faire à présent. Mais cette dernière chose ne s'était vraiment développée que après leur premier “rendez-vous”, rendez-vous qui ne s'était d'ailleurs pas reproduit mais depuis ce moment-là, elle s'était trouvée en train de tomber à vitesse folle amoureuse du garçon. Il lui avait promis qu'il la laisserait tranquille. Il n'avait pas tenu sa promesse.

En y repensant cela avait été réellement parfait, pas comme maintenant où Jamie faisait le débile mental comme aiment bien l'appeler ses amis, et elle ne savait pas trop quoi en penser. Il amusait juste la galerie mais la belle avait l'impression que Jamie s'était vraiment fichu d'elle lorsqu'il était sur ce toit d'immeuble avec elle. Si elle l'intéressait, elle n'avait pas du tout cette impression et voulait lui faire apprendre par coeur la définition de “draguer quelqu'un”. Et bien sûr celle du dictionnaire, pas une de celles que l'on peut trouver dans Google, la jeune fille était tout sauf folle contrairement à une certaine personne.

Jamie l'énervait, tout comme la bibliothéquaire qui la regardait intensément. Hey ce n'était pas comme si elle était allée s'asseoir en face de lui, parce que c'était tout à fait le contraire. Une moue assez mignonne se dessina sur les lèvres de Delia tandis que ses yeux lui lançait un regard qui se voulait noir. Sauf que l'on n'était pas la première fois où ils s'étaient revus après tant d'années. Cette fois où elle avait voulu lui envoyer son poing dans la figure, ou bien une baffe magistrale, pour avoir osé l'imiter. Non on était dans cette fois où la belle était (folle) amoureuse du jeune homme et où elle ne pouvait pas, ou plutôt n'avait plus la force de lui donner un vrai regard charbonneux. C'est pour cela qu'elle plaça son cahier de cours ouvert devant son visage, faisait mine d'étudier encore alors que c'était tout simplement pour se cacher de lui, chose qu'il avait sûrement remarqué parce qu'il était loin d'être bête, quoi que ses amis puissent lui dire et même si les résultats de ce dernier ne sont sûrement pas parfois à la hauteur de ses compétences.

“Il se pourrait que cela soit le cas, qui sait. Je n'ai pas encore décidé. Les révisions ou Jamie Edison ? Quelle question difficile.”

Un léger sourire, que Jamie ne pouvait bien sûr pas voir puisqu'elle était toujours derrière son cahier, venait de s'installer sur les lèvres de la jeunes fille tandis que ses yeux brillaient de malice. Jamie avait voulu l'embêter, alors elle allait lui renvoyer la balle, comme ça il comprendra peut-être qu'il ne faut jamais, oh grand jamais, embêter Delia Alevratos.

Tout ce qu'elle voulait à présent était d'enlever ce fichu cahier de devant son visage et se jeter sur le jeune homme. Euh...non, pas vraiment. Cela ne le ferait pas du tout si elle se mettait à le faire. La belle s'imaginait jetée par terre par le garçon parce qu'elle avait mal interprété ses signes et qu'il aimait tout simplement l'embêter. Non cela ne le ferait encore une fois pas du tout. Et puis que penserait-il d'elle ? Il penserait à coup sûr qu'elle était une grosse obsédée voulant à tout prix coucher avec lui, surtout qu'on était en plein dans la bibliothèque universitaire.

Merde. Pourquoi devait-il rendre les choses à chaque fois un peu plus difficile. A la fin elle finira vraiment par lui crier dessus qu'elle veut demeurer vieille fille à jamais parce qu'elle l'aime et qu'elle n'a aucune expérience du tout en tout. Puis la belle lui enverrait finalement cette baffe magistrale tant attendue et s'enfuirait loin de New York City avec tout son argent bien sûr. C'était vraiment le plan parfait qu'elle avait eu depuis que Jamie était rentré à nouveau dans sa vie. Elle le ferait un jour éventuellement, si elle décide de devenir vraiment indépendante ou autre.

Puis la belle déposa son cahier sur la table et regarda intensément Jamie dans les yeux de son magnifique regard bleu azur.

“Je ne sais pas. C'est à toi de décider si j'ai assez révisé en comptant le fait que cela fait à peine un quart d'heure que je suis arrivée ici, ce quart d'heure découpé en cinq minutes de recherche pour un bouquin à propos des sciences humaines et dix seulement à réviser jusqu'à ce que tu n'arrives pour encore m'entendre parler comme tu vas sûrement encore me le dire à un moment dans la 'conversation'.”

Delia commençait à connaître Jamie et la routine qu'ils pouvaient parfois avoir, mais la seule chose qui revenait toujours dans ce que lui disait le jeune homme était qu'il aimait l'entendre parler. Bien sûr qu'elle aussi aimait l'entendre et préférait largement sa voix à la sienne mais elle n'était pas vraiment en général le type de fille à montrer ses sentiments aux gens, aussi ouverte et compréhensive qu'elle puisse l'être.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Jeu 9 Juil - 17:00


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Delia & Jamie


Il se pourrait que cela soit le cas, qui sait. Je n'ai pas encore décidé. Les révisions ou Jamie Edison ? Quelle question difficile.

J'ai la réponse, ce n'est pas difficile, au contraire, c'est Jamie, c'est moi. Je suis beaucoup plus intéressant et amusant que ces saloperies de révision. La meilleure méthode et de répondre aux questions au hasard, j'aurais bien dit de regarder sur les autres ou de leur demander la réponse, mais les intello ne me regardent même pas, ils me nient. Je ne suis pas amusant et je ne mérite pas leurs attentions, si j'ai tout suivi. Ils ratent quelque chose, eux, les coincés. Leurs vies ne doivent pas être passionnantes, la preuve, ils ne servent qu'à donner les réponses et occuper le professeur en cours, enfin, ils sont peut-être un peu utile vu comme ça. Je crois que c'est pour ça que je les aime un peu, ça a beau ne pas être sympa, on s'en fout largement.

"La question n'est pas si difficile... C'est Jamie Edison. Moi."

Je souris, fier de moi. Je peux répondre à des questions quand j'en ai envie. Surtout quand celle-ci me concerne. Puis, je dois toujours passer en premier. C'est mieux. Ouais, ce n'est que mon point de vue, mais il l'est aussi, il est tout aussi important, en fait. Tout chez-moi l'est, notez. De toute façon, elle doit venir. J'ai fait un effort pour partir du cours à cause d'elle. Ce serait du gachi autrement. Non, elle doit vraiment se bouger, je l'aurais sur le cœur sinon. Et je n'aime pas avoir des choses sur le cœur, c'est chiant. En plus, elle va s'amuser, j'en suis certain. Elle rigole tout le temps, ça se voit qu'elle aime bien passer du temps avec moi. Comme quoi, les rires, les regards et les réactions aident beaucoup. Je les remercie, d'ailleurs. Je ne pouvais pas voir son visage puisque celui-ci était caché par un stupide cahier. Heureusement, elle l'enleva juste après. Je l'aurais enlevé de moi-même s'il le fallait. Je n'étais pas venu ici pour discuter à un cahier et me faire rejeter de la sorte. Je souris une nouvelle fois quand elle recommença à parler. Mon dieu... Elle n'allait donc pas changer d'avis... Mais c'est vrai qu'en fait, elle n'avait pas assez révisé. On sait tous qu'une Delia doit réviser au moins deux heures pour avoir l'esprit tranquille. J'ouvrais la bouche, mais la refermais juste après, non, elle devait sûrement avoir raison... Sauf que je ne le pensais pas. Pour moi, réviser dix minutes, c'est déjà de trop. Rien que de chercher un livre, c'est énorme.

"Oh Delia, tu penses à ton pauvre petit cerveau, là ?! C'est tellement égoïste de ta part. Il doit se reposer, j'l'ai lu quelque part, c'est important."

Non, en fait, je n'ai rien lu du tout. C'est mon imagination, elle, je l'adore. Bien que pour moi, c'est égoïste, son cerveau doit tellement en avoir marre qu'un jour, il va exploser et boum, plus de Delia. Je ne pense pas à mon cerveau, non, je pense à celui des autres, moi. Je suis un gentil Jamie, en effet.

"C'est assez. Dix minutes, c'est déjà de trop, tu vois ? Puis, j'veux m'amuser hein... Pas t'entendre parler. Ça, c'est faux."

En fait, elle avait raison, c'était ça. Mais je ne voulais pas lui montrer qu'elle avait raison, c'est moi qui dois avoir raison. Toujours. Je regardais son livre en grimaçant, il était grand et ennuyant. Ew. Je le prends dans mes mains et le regarde de tous les côtés, comment on peut lire ce genre de livres, sérieusement ? Quand on me force, je fais semblant, je regarde juste les images, c'est ça l'astuce. Eh oui, j'ai mes techniques. Par contre, je ne vous garantis rien.

"Bon, on met où ça ? On l'donne à la bibliothécaire ou.. ?"

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Jeu 9 Juil - 18:30

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




It's as if you known me better than I ever knew myself
I love how you can tell
All the pieces, pieces, pieces of me

How do you know everything I'm about to say?
Am I that obvious?
And if it's written on my face...
I hope it never goes away...


-----------------------------------------------



Lui. Toujours lui. Eternellement lui. Le pire est que Delia approuvait ce fait. Il fallait que Jamie passe avant tout mais de toute façon il le faisait déjà sans même le dire lorsqu'il s'infiltrait dans ses pensées à toute heure de la journée, que ce soit quand elle ne travaille pas ou...bien quand elle travaille. Le pire était qu'elle avait été chercher sur internet la raison de touts ces symptômes qui allaient avec les papillons dans le ventre lorsque leur peau était en contact, et même quand elle ne l'était pas, tout comme le fait qu'elle ne pouvait s'empêcher de sourire et de rigoler en sa présence. La belle s'était même demandée si c'était contagieux et quand elle touchait une fille, celle fille tomberait amoureuse de Jamie. Oh ça jamais. Elle ne laisserait jamais une personne autre que elle l'avoir. Jamie était à elle, elle voulait son coeur même si dans sa tête elle ne l'aurait jamais, mais rêver n'a jamais tué personne. Bref, il était sa priorité à elle, pas celle des autres. C'était assez égoïste de le penser et même de le dire mais sur le moment, la jeune fille s'en fichait totalement.

Bref, tout cela pour dire qu'elle était allée sur pleins de forums pour avoir des réponses à ses nombreuses questions, bien qu'elle les savait parfaitement. Elle voulait juste se rassurer, voir que ce n'était pas ce qu'elle pensait que ça soit. Elle ne voulait pas accepter la réalité, chose qu'elle a encore du mal à digérer. Finalement le verdict était tombé et lui avait transpercé le coeur avec un poignard tandis que l'image de Jamie en train de lui sourire apparaissait dans son esprit. Ce sourire...ce sourire si spécial. Se rendait-il vraiment compte de l'effet qu'il lui faisait ? Le faisait-il exprès ? Elle était sûre qu'il le faisait parce que...parce que c'était encore ce même sourire qu'il avait lancé dans sa direction lorsqu'ils étaient sur le toit de cet immeuble, ce même sourire qui l'avait fait tomber dangereusement amoureuse de lui, et à une vitesse folle. C'était une évidence que le jeune homme l'avait fait exprès.

“Bien sûr que la réponse allait être 'toi'. Tu t'adores. Tu t'adules. Tu es ton propre dieu, ta propre idole.”

Un léger rire s'échappa des lèvres de la jeune fille tandis qu'elle le regardait en même temps avec adoration, amour. C'était bien plus fort qu'elle. Elle n'avait jamais pu s'en empêcher et elle se sentait horriblement faible par rapport à cela. Elle, qui avait toujours eu le contrôle de tout dans sa vie, ne l'avait plus à présent. Il lui avait été dérobé par le garçon en face d'elle, celui qui jouait avec son coeur, faisait ce qu'il voulait et riait sûrement intérieurement de l'effet qu'il lui faisait. Pourtant, une chose qui était assez bien, était que la belle arrivait tout de même encore à jouer avec Jamie, à lui résister. Cela lui plaisait énormément et elle allait en profiter autant qu'elle le pouvait qu'elle soit tombée dans ses filets ou non. Il fallait qu'il apprenne qu'il ne l'aurait jamais totalement, parce qu'elle lui reprendrait ce pouvoir qu'il lui avait dérobé et en ce qui concernait son coeur, elle verrait en fonction de ce qu'il allait en faire. Si Jamie continuait à la faire sourire et rigoler autant, il aurait l'autorisation de garder son coeur, mais seulement sous cette condition sinon elle le lui reprendrait le plus violemment qu'elle pourrait le faire: peut-être en essayant d'embrasser un garçon lorsqu'il était dans les parages ?

“C'est égoïste de penser à lui? Je pense à mon cerveau et non à moi, nuance.”

Bien sûr que Delia avait toujours réponse à tout...bon d'accord, sur presque tout mais cela équivaut à un minuscule un pour cent sur cent pour cent. Donc vous voyez à présent à quel point la belle aime parler. Et en ce moment précis, Jamie l'avait mise sur sa lancée. Elle y allait, elle lui rétorquait parce qu'elle détestait qu'il ait le dernier mot. C'était elle qui était censée l'avoir à chaque fois et non lui. En d'autres bien plus simples, la jeune fille lui résistait, une des choses qu'elle adorait faire depuis qu'ils s'étaient revus à l'université par une soit disant erreur de mouvement de ce cher Jamie parce qu'il était trop dans ses pensées. Ah oui ? Et à quoi pensait-il ? A quoi ? Pensait-il à une fille qu'il fréquentait ou venait de rencontrer ? Delia aurait tellement voulu le savoir mais ce jour-là, elle avait plus eu des idées à propos de comment lentement et bien douloureusement le tuer pour avoir osé la bousculer.

“ Pas m'entendre parler ? Très bien, tu l'auras voulu. Je vais me taire.”

Avec un air de défi sur le visage, Delia laissa Jamie lui prendre son livre de sciences humaines puis appuya légèrement sa joue sur sa main en faisant mine de regarder ailleurs et de ne l'avoir pas entendu. Mais bien sûr qu'elle l'avait entendu mais puisqu'il avait laissé sous-entendre mais puisqu'il ne voulait pas entendre sa “oh si magnifique” voix, elle se taisait. Ne jamais souhaiter des choses à haute voix en présence de la gréco-italienne, qu'ils soient vrais ou faux, elle se fera un réel plaisir à les rendre vivant juste pour vous. Sympa, non ? Oui, vous l'avez bien deviné. Notre chère Delia est un peu sadique dans l'âme, mais juste un tout petit peu, pas vrai ? Et puis si Jamie tenait plus à elle qu'à s'amuser, il n'avait qu'à le lui montrer.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mer 15 Juil - 14:37


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Delia & Jamie


Bien sûr que la réponse allait être 'toi'. Tu t'adores. Tu t'adules. Tu es ton propre dieu, ta propre idole.

Et la voilà en train de rire. Je souriais en la voyant rire, même si ça n'avait pas duré longtemps. Le pire, c'est que la petite brune avait raison. Mais, ce n'était en aucun cas ma faute, j'étais parfait. Parfait comme je le voulais. Et peut-être un peu trop sûr de moi aussi, mais il fut un temps où je n'étais pas sûr de moi et, ce temps est passé. Maintenant, je suis moi, je m'adore et je compte m'adorer encore longtemps, du moins, je l'espère. Elle devrait s'adorer, tout le monde le devrait. Être mon idole, ça sonne tellement bien, en plus. J'aimerais être l'idole d'énormément de gens, j'aimerais qu'ils fassent pareil, qu'ils se lâchent, qu'ils décoconnent et qu'ils profitent. Un jour, ce sera trop tard et ils le regretteront. Voilà pourquoi Delia doit me suivre, pour faire pareil. Parce que si elle reste avec ses amies, ça n'arrivera pas. On aime la compagnie de l'un et l'autre, ça se voit. Je ne suis pas ici pour me foutre de l'intello qu'elle est, de la bosseuse ou je ne sais quoi, c'est sa compagnie et elle qui m'intéresse. Cela semble étonner mes amis, d'ailleurs. Moi, Jamie, je m'intéresse à elle, Delia. D'après eux, je pourrais trouver les meilleures, les moins décoincés, mais... Delia peut l'être, elle est seulement prise par les études et tout ce genre de conneries. Elle est la meilleure. Il fallait aussi bien que quelqu'un vienne tout chambouler dans son planning, non ? Étudier, suivre et réussir n'était, n'est et ne sera jamais un bon plan. Moi, je suis un bon plan, par exemple. Je n'ai peut-être pas la tête à me tracer un avenir, mais, ça m'est déjà arrivé. Je profite autant que je peux et plus tard, je suivrais le chemin de mon père. La médecine. Sawyer, mon défunt frère aurait fait pareil. Après douze ans passés à ses côtés, je le connaissais. Il a juste fallu d'une voiture pour mettre fin à ses rêves et ses projets. Je suis un peu la voiture à Delia, mais, je lui veux du bien. Je ne veux pas la retrouver au sol plein de sang, au contraire. Je veux la voir rire, sourire et... Profiter. Au fond, tout le monde veut ça, mais ils se retiennent et ils ont des excuses à deux balles.

"Ouais, tu marques un point. Mais, c'est bien, non ?"

Je n'étais pas comme les sportifs de l'université. Ça peut faire clicher, mais eux... Ils ont une confiance en soi absolue et se permettent de jeter les filles comme des vieux chiffons après se les avoir faites. Je ne suis pas comme ça et je ne le serais jamais. En plus, je ne suis pas sportif et contrairement à eux, ce n'est pas mon corps d'étalon qui m'aide, mais moi, tout court. Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça. J'ai des amis sportifs, ils se foutent parfois de moi en voyant ma petite carcasse qui n'est pas aussi petite, d'ailleurs.

"Enfin, je veux dire... Être sa propre idole, c'est dément ! Tu te rends compte ? Beaucoup de personnes doutent d'eux, tout le monde devrait être comme moi et tu sais pourquoi ? Parce que tout le monde le mérite. Même toi, petite brune."

Et c'était vrai. Je le pensais comme chaque mot qui sortait de ma bouche. J'aurais même dit qu'elle le méritait plus que qui conque sur cette planète. Même les méchants le méritent... Si on suit ma logique, ils auraient cru en eux, auraient été entourés, ... Et n'auraient jamais fait du mal aux autres. Enfin, ceci est mon point de vue et connaissant la brune, elle m'aurait contredit parce qu'on se contredit toujours, enfin, la plupart du temps. Enfin, ceci est mon point de vue et connaissant la brune, elle m'aurait contredit parce qu'on se contredit toujours, enfin, la plupart du temps. C'est plus fort que nous. On est presque opposé. Et les opposés s'attirent souvent. Un jour, je l'aurais dans mes filets et elle n'en ressortira jamais. Jamais, c'est un grand mot, n'est-ce pas ? J'aime utiliser les grands mots avec elle. En fait, il n'y a pas une chose que je n'aime pas faire avec Delia.

Encore une fois, elle me contredit. Disant qu'elle pense à son cerveau plutôt qu'à elle. Je hausse les sourcils, son cerveau aurait déjà dû exploser, elle se serait rendu compte qu'en faisant ça, elle le martyrisait. Pauvre cerveau, il est fort pour résister à ce point aux révisions. Plus elle avancera, plus son cerveau souffrira et je le plains d'avance.

"Crois-moi, il veut des pauses et il veut que tu passes du temps avec un certain Jamie Edison pour décompresser. Allez, si tu penses à lui, fais un peu ce qu'il veut et non ce que tu crois vouloir."

Moi aussi, je pouvais avoir réponse à tout. Certes, c'était moins bon qu'elle, mais j'avais des réponses à donner et cela venait tout seul. Si seulement je pouvais faire ça lors des interrogations et examens de passage. Ouais, si seulement. Je détachais mon regard du livre pour le poser sur Delia, elle se taisait donc ? Elle voulait vraiment jouer à ça ? Je ne pus m'empêcher de rire, je la ferais parler. Par quels moyens ? C'est une surprise, ça. Je reposais brusquement le livre sur la table, je ne faisais pas attention aux râlements des autres. Je me concentrais sur Delia. J'avais pris un air plus que sérieux. Là, je jouais la comédie comme personne. Je la regardais dans les yeux, m'empêchant de sourire. J'avais des idées, énormément d'idées, seulement, j'avais un cœur... Au moins pour elle. J'aurais pu la menacer de l'embrasser et le faire si celle-ci refusait de parler, mais, je me refusais de le faire. Non seulement parce que c'était Delia, mais parce que je ne voulais pas que son premier baiser se fasse ainsi. Puis, je n'étais pas fou et la bibliothécaire aurait sûrement riposté et nous aurait chassés de là, ce que je voulais d'ailleurs, mais non, je ne pouvais pas. Pas avec la brune, pas comme ça, pas maintenant. Je croisais mes bras sur ma poitrine et affichais un sourire en coin. Elle allait me rendre dingue cette fille. Je rapprochais ensuite ma chaise de la sienne et tournais ma tête vers Delia.

"Parle, s'il te plaît. Sinon, j'me casse avec la vielle. J'suis sûr qu'elle acceptera."

Je voulais l'amuser, mais mes idées étaient trop mauvaises pour être utilisées alors j'avais improvisé et j'allais probablement le regretter. Ouais, c'était presque sûr même. Mais honnêtement, je n'en avais rien à faire. Je pourrais aussi avoir des problèmes avec l'établissement, mais je trouverais un moyen de me rattraper, j'en trouve toujours.

"Et je peux même te le montrer, Alevratos. Si tu ris ou quoi que ce soit, je t'emmène où je veux. C'est d'accord ?"

Comme elle ne parlait pas, je prenais son silence pour un oui. J'avais l'occasion de décider, je devais sauter dessus. Je me relevais donc de ma chaise et m'approchais de la chère bibliothécaire. Je me vengeais de son regard flippant. Arrivé devant elle, je lui souriais. "Un problème Edison ?" Je secouais ma tête, toujours en souriant comme un malade mental. Fallait que je fasse rire Delia et je savais que le seul moyen de la faire rire et de me voir souffrir -sympa, je sais.- "Non non, madame. Pouvez-vous juste me gifler ou un truc du genre ? En fait, là, je suis censé vous faire des avances, mais comprenez-moi, ça reste mission impossible pour moi. Ou soit, vous criez que je ne serais jamais dans votre lit ou que le rendez-vous n'aura jamais lieu et que je ne vous attire pas du tout. Vous avez le choix, j'essaye juste de faire rire Delia, s'il vous plaît." Et ouais, je pouvais être gentil et con en même temps, ça aussi c'est un talent.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mer 15 Juil - 17:19

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




If you see my boy
Just tell him I miss his smile
Tell him I'm counting the minutes
Gonna see him in a little while
I know when he holds on to me
He's the one thing that I could never live without
Oh, oh, oh, oh
And tell him I love him


-----------------------------------------------



Le problème avec la bibliothéquaire, aussi énervante qu'elle puisse l'être, était qu'elle était juste magnifique. De belles gambettes, un corps parfait, des yeux verts émeraudes et des cheveux de feu ondulés. La jeune femme était tout ce dont un garçon pouvait rêver, et Jamie n'échappait pas à la règle, elle en était sûre. En parlant de ce dernier, la belle crut pendant un moment qu'il allait l'embrasser étant donné le peu de centimètres qui les séparaient à présent. Son souffle était resté coincé dans sa gorge, ne sachant pas quoi faire ni comment réagir. La jeune fille aurait tellement voulu sentir ses lèvres sur les siennes mais elle savait pertinemment qu'elle l'aurait giflé pour l'avoir embrassée dans la bibliothèque universitaire. Et puis, il y aurait sûrement eu une personne dans cet endroit qui les aurait vu et aurait été tout rapporter aux amis de la jeune femme.

Mais non, le jeune homme fit une chose bien pire que l'embrasser, chose qui était quand même pas si horrible quand même puisqu'il y avait les sentiments. Non, Jamie la menaça à sa manière de se casser avec la “vieille”, soit cette magnifique créature qu'était leur bibliothéquaire, si elle ne se mettait pas à lui reparler. Peut-être qu'il pensait que ça allait la faire rigoler et qu'elle lui reparlerait mais ce qu'il lui dit eut un effet totalement contraire sur elle. Delia sentit son coeur se briser peu à peu au fond de sa poitrine et c'est comme cela que la belle sut aussi qu'elle était vraiment tomber amoureuse de Jamie. Il était son fruit interdit et elle y avait goûté, voulant savoir ce que cela pouvait lui faire. Eh bien à présent elle le savait et cela lui donnait la nausée. Elle avait l'impression de suffoquer, qu'on lui avait coupé l'air provenant de ses poumons. Non, il ne pouvait pas le faire.

Ce fut sous son regard presque horrifié que Jamie s'était avancé vers la bibliothéquaire, le plus naturellement au monde. Et maintenant des larmes menaçaient de couler le long de ses joues. Ah. Non en fait. La belle pleurait déjà silencieusement. Delia laissait ses larmes couler encore et encore. Elle était une vraie fontaine. Mais qui pouvait bien s'en préoccuper ? Sûrement pas lui en tout cas. Il draguait tranquillement cette fichue rousse, l'ayant totalement oubliée. Elle avait à présent la preuve devant ses yeux que le jeune homme avait joué avec avec ses sentiments depuis le début et elle s'était totalement laissée faire. L'amour rend tellement faible, aveugle et c'était pour cela qu'elle était maintenant totalement ferme sur sa décision de finir sa vie vieille fille.

Delia rangea ses affaires dans son sac à une vitesse folle, puis elle le referma. La belle alla ensuite se mettre à côté de Jamie,  un beau regard noir en prime et celui-là, il ne pourrait jamais le lui piquer.

“Jamie ?”

Elle vit ce dernier se retourner et elle lui mit une gifle magistrale.

“Félicitations.”

Dans son regard rempli de larmes, on ne voyait qu'un coeur brisé. Puis Delia partit en courant de la bibliothèque, bousculant plusieurs personnes sur son passage lorsqu'elle se retrouva dans les couloirs. Mais pour le coup, la jeune fille s'en fichait. Elle savait depuis le début qu'elle ne pourrait jamais avoir Jamie mais il avait été obligé de le lui rappeler avec...elle.

Delia s'engouffra dans la salle vide du club de musique et s'y enferma, mais pas à clé puisqu'elle ne l'avait bien sûr pas. C'est ainsi que la belle se permit de se laisser à ses sanglots. En plus elle avait l'impression d'être l'héroïne d'un de ces horribles romans à l'eau de rose et elle détestait cela. La belle trouvait cela tellement ridicule.

“Je ne suis pas Juliette. Je ne suis pas Yseult. Je ne suis pas une chasseresse amoureuse d'un dieu, d'un demi-dieu ou d'un homme...oh et puis merde !”

La jeune fille lança une balle de tennis (que faisait-elle là d'ailleurs ?) avec force contre le mur.

“Je suis Delia Alevratos et je suis amoureuse de Jamie Edison.”

La belle soupira. Cela ne servait à rien de le dire, de le crier, ni même de le hurler. Elle terminerait vieille fille, point barre. Puis, elle sécha ses larmes et se dirigea ensuite en souriant légèrement vers un des instruments interdits. Qu'avait-elle à aimer tant le danger ? Delia ne le savait pas du tout.

La jeune fille s'assit sur le tabouret devant le piano et commença à jouer précautieusement, et chanter de sa voix mélodieuse, une partie d'une chanson qu'elle était en train d'écrire.

“It's always times like these when I think of you and I wonder if you ever think of me. 'Cause everything's so wrong and I don't belong in your precious memory. 'Cause I need you and I miss you and now I wonder...if I could fall into the sky, do you think time would pass me by? 'Cause you know I'd walk a thousand miles if I could just see you tonight...”

Delia se mordit la lèvre inférieure. Ce n'était qu'une ébauche mais cela la faisait déjà se sentir mieux. La musique lui redonnait toujours le sourire et cette fois ne faisait pas exception.



Dernière édition par Delia Alevratos le Lun 20 Juil - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mer 15 Juil - 19:58


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Delia & Jamie


Ouais bon d'accord, la bibliothécaire n'était pas vielle du tout, les garçons bavaient dessus et les filles l'enviaient et puis, il y avait moi, qui ne lui trouvais rien de spécial. C'était une bibliothécaire et j'aimais me foutre d'elle. Donc je l'appelais la vielle. Il fut un temps où j'aurais pu baver devant elle et peut-être aller plus loin, mais là, il y avait non seulement Delia, mais en plus de ça, Delia avait toute mon attention et depuis que je l'avais bousculé dans le couloir, il n'y avait qu'elle et seulement elle. Et je peux vous dire que c'est rare venant de moi. J'essayais donc de me faire, gifler ou crier dessus alors que la rousse qui servait de bibliothécaire me regardait. On était assez proche et les autres pourraient s'imaginer des choses, des conneries. Sérieusement, moi, Jamie Edison sortant ou attendant un baiser de la bibliothécaire ? Jamais. J'entendis Delia m'appeler, elle était tout près. Je me retournais donc vers elle, le sourire aux lèvres jusqu'à ce qu'elle me mît une gifle. Je ne souriais plus, là. Je ne comprenais même pas pourquoi elle avait fait ça. Elle me dit "Félicitations" avant de se casser en courant. Je me retournais vers la bibliothécaire, elle était choquée elle aussi. Je ne m'attardais pas sur les expressions des autres, non, je me mis à courir, essayant de rattraper Delia. Elle avait les larmes aux yeux et ça, ça m'avait fait mal au cœur. Dans les couloirs, je m'étais permis de bousculer les autres, mais en m'excusant au passage. J'allais vite, très vite. Je la voyais au bout du couloir, elle était rentrée dans la salle de musique. Je m'avançais donc plus que rapidement à celle-ci, mais je n'y entrais pas, je n'avais pas envie de la voir en train de pleurer ou je ne sais quoi. J'avais peur. Je posais mon oreille contre la porte, prête à l'ouvrir. Seulement, les paroles à Delia ne m'aidaient pas du tout. J'étais une nouvelle fois choqué.

Je suis Delia Alevratos et je suis amoureuse de Jamie Edison.

Elle n'était pas bien du tout et en plus de ça, elle était amoureuse de moi. Delia Alevratos était amoureuse de moi, Jamie Edison. Je n'y croyais pas, on ne l'aurait pas dit, c'était incroyable. Incroyable dans le sens ou... Elle m'attirait et qu'elle me rendait presque dingue. Je lui portais de l'attention et ça, je ne le faisais pas à tout le monde. Je tenais à cette brune. Je grimaçais, je ne pouvais pas ouvrir la porte, je le voulais, mais je ne pouvais pas. Je respirais et repris mes esprits avant de hausser un sourcil. Elle chantait vraiment, là ? Delia chantait ? Elle me surprenait. Je décidais d'ouvrir la porte doucement et de la refermer aussi doucement que possible.

"Je suis désolé, Delia. J'savais pas que ça t'énerverait comme ça. Désolé."

Je me passais la main dans les cheveux avant de fixer le sol et de m'avancer vers Delia. Elle était au piano qui n'était pas si loin. Elle devait m'en vouloir énormément et je comprenais. Si moi, je l'avais vu faire ça avec un gars, je ne sais pas ce que j'aurais fait, mais ça n'aurait pas été sympa à voir. Je suis agressif quand je le veux, j'ai toujours de la force quand je veux me venger ou faire payer quelqu'un.

"Et je t'ai entendu parler toute seule... Tu sais, tu ferais une parfaite Juliette. Mais tu peux rester Delia Alevratos et continuer à m'aimer et j'te promets que je ferais plus le con."

Plus le con avec les filles parce que m'empêcher de déconner, c'est impossible. Je finis par la rejoindre au piano et de m'appuyer sur celui-ci. Je n'en revenais toujours pas, elle m'aimait... Et moi, j'étais prêt à faire des efforts pour elle.

"Plus jamais tu ne laisseras couler une larme de ma faute, je te le promets."

C'était sincère et sérieux, en fait, je n'avais jamais été aussi sérieux avec une fille. Elle en valait la peine, elle.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Lun 20 Juil - 18:02

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Here in town you can tell he's been down for a while
But, my God, it's so beautiful when the boy smiles
Wanna hold him, maybe I'll just sing about it


-----------------------------------------------



La salle de musique était son repère secret et la prof de musique lui avait donné l'autorisation d'y aller comme bon lui semblait, du moment qu'il n'y avait personne autre qu'elle à l'intérieur et qu'elle ne s'en servait pas à des fins sexuelles par exemple. Mais c'était bien loin d'être le cas. Et comme c'était sa cachette, personne, à part elle bien sûr, n'avait le droit d'y mettre les pieds. Personne n'avait le droit de l'espionner. Personne n'avait le droit de l'écouter y exprimer ses pensées et l'entendre encore moins chanter. Sa cousine Jennalyn avait déjà assez de mal à se faire repérer en chantant dans de divers bars et elle ne voulait surtout pas qu'on pense qu'elle voulait lui prendre la vedette. C'était une autre des raisons pour lesquelles Delia avait choisi les études de médecine, ne surtout pas choisir la musique sinon le monde entier se mettrait sûrement à la détester.

Ses doigts caressaient avec douceur les touches de piano, donnant une mélodie harmonieuse, tandis qu'elle cherchait de l'inspiration pour la composition de sa nouvelle chanson. Contrairement à ce que plusieurs personnes pouvaient penser, cela ne se faisait pas en un jour, mais cela serait assez bien si c'était le cas quand même. C'est alors qu'un de ses doigts heurta une mauvaise touche, résultant à une fausse note qui fut plus que stridente à l'oreille de la jeune fille. Mais qu'est-ce qui avait causé ce si brusque changement de comportement ?

Delia regardait, presque avec effroi, la personne se trouvant à quelques mètres devant elle et qui venait de fermer la porte. Jamie. Et ils étaient seuls. Totalement seuls. Elle n'avait plus aucun moyen de fuir à présent. Inutile de voir si elle pouvait sortir par une des fenêtres, il n'y en avait aucune. De plus, la jeune fille savait pertinemment qu'il l'avait entendu dire qu'elle l'aimait. Parfois c'était comme si elle le connaissait mieux qu'elle ne se connaissait elle-même.

Et ensuite il s'excusa, comme s'il n'avait que cela à faire de sa fichue vie. La jeune fille lui lança un regard meurtrier. Elle ne croyait pas du tout en ses excuses. Pour elle il était encore venu se ficher d'elle avec ses sentiments maintenant qu'il savait ce qu'elle éprouvait envers lui, s'il ne le savait bien sûr pas avant. Mais elle ne se laisserait pas faire. Elle ne se laisserait plus faire et ne le laisserait plus poignarder son coeur à multiples reprises tout en souriant de fierté en regardant ensuite son oeuvre. Il y avait seulement Luhan qui avait le droit de sourire de fierté. Désormais les seuls garçons à être les plus proches de son coeur seraient uniquement Kieran, Luhan et Kenzo. Mais Delia ne pouvait pas nier que cela ne changerait rien au fait qu'elle resterait toujours amoureuse de Jamie, bien malheureusement.

“Arrête Jamie. Tu es tout le temps désolé pour tout et j'en ai tout simplement assez. Et...et on ne t'a jamais appris à ne pas écouter aux portes et surtout de ne jamais suivre une certaine Delia Alevratos parce que rien ne se passera jamais à part une superbe haine si tu continues dans cette lancée ?!”

Delia savait qu'elle était plus que dure envers Jamie mais ce qu'il avait fait avait été la goutte qui avait fait déborder le vase. Elle préférait que le jeune homme la déteste, la haïsse du plus profond de son être et la laisse tranquille pour leur bien à tous les deux. Ils étaient encore trop opposés. Qu'ils aiment la présence l'un de l'autre ou non, ils finissaient souvent par avoir une dispute et c'était Jamie qui revenait toujours vers elle parce qu'elle ne voulait pas leur faire encore plus de mal à tous les deux.

La jeune fille soupira encore plus lorsque le garçon qui faisait battre son coeur s'appuya contre le piano. Elle sentait son coeur battre de plus en plus rapidement dans sa poitrine. Il battait si fort que cela ne l'aurait pas étonnée de le voir sortir de son corps. Enfin bon, cela n'était pas vraiment le problème principal, ce dernier étant que Delia avait sa fierté à garder, chose totalement ridicule...mais tous les événements de cette journée n'étaient-ils pas tous ridicules ? La belle avait réellement l'impression de vivre dans un film.

“En plus notre situation est totalement ridicule. Regarde-nous, on a l'air d'un futur couple qui ne sait pas comment se mettre ensemble, dans un de ces films pour minettes...mais où est donc le scénariste pour qu'on arrête d'agir comme des cons et qu'on se bouge pour donner cette célèbre fin heureuse qu'ont généralement tous ces films ?”

Finalement, Delia semblait s'être un peu radoucie. Elle avait déferlé sa colère sur Jamie et il savait qu'elle était amoureuse de lui. D'ailleurs, de ce que lui avait dit le jeune homme, il partageait ses sentiments et c'était plutôt une bonne chose, non ? Donc la jeune fille n'avait plus rien du tout sur son coeur et elle se sentait libérée d'un réel poids. Enfin, la belle se leva de son tabouret et s'assit sur une table à quelques mètres de Jamie, son regard planté innocemment dans le sien tandis que son visage arborait un air plus que malicieux, des yeux jusqu'aux lèvres. En fait, la Delia “normale” était revenue et elle était dans une humeur plutôt joueuse parce qu'elle avait renvoyé la balle au jeune homme avec sa dernière réplique. Il ne restait plus qu'à voir comment il allait réagir, chose que la belle attendait avec impatience.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Sam 1 Aoû - 15:09


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?
Jamie & Delia


J'en apprenais beaucoup sur Delia. Elle chantait, jouait du piano et en plus de ça, elle était amoureuse de moi. Ouais, amoureuse. Je ne le cache pas, moi aussi, je l'aimais bien, je l'appréciais, elle me faisait sourire, rire et j'aimais sa présence. Delia me plaisait et ces mots ne sont pas des mots balancés comme ça. Non, sérieusement, elle me plaisait, mais elle, elle était amoureuse. Comment on sait si on est amoureux ou pas quand on ne l'a jamais été ? J'ai beau avoir été en couple plus d'une fois, je n'ai jamais été réellement amoureux. La plupart des filles me reprochaient de ne pas dire "je t'aime", mais si je l'avais dit, ça aurait été des paroles en l'air. Je ne les aimais pas comme elles m'aimaient, en fait, je ne les aimais pas comme je devais. Je n'ai pas encore été un gars fou amoureux, ou amoureux tout court. Ce que je ressens quand je suis en compagnie de Delia, c'est tout nouveau pour moi. Je ne serais pas dire si c'est de l'amour, de l'amitié ou entre ces deux-là. C'est bizarre.

Le regard qu'elle avait en me regardant, je ne l'aimais pas. C'était un regard meurtrier. Elle m'a déjà regardé pleins de fois comme ça, mais jamais dans une telle situation. Encore une fois, c'était nouveau pour moi... Et pour elle aussi, je suppose. Je m'excusais, encore et encore. Je voulais qu'elle me pardonne, que tout ça fasse partie du passé. Mais non. Elle me regardait toujours d'un air que je n'aimais pas. Elle se remit à parler après, son regard était aussi froid que le ton qu'elle utilisait. C'est vrai, je m'excusais beaucoup parce que je faisais beaucoup de conneries, mais là, je devais m'excuser, c'était certain.

" Tu aurais préféré que je fasse comme si de rien était ? Ça ne va pas, ça t'a fait mal, je dois être désolé et j'm'en fous si ça ne te plaît pas. Je m'excuserais jusqu'à ce que je sois pardonné. "

Je soupirais, j'en étais capable. J'étais capable de tout, elle devait être au courant, désormais. Mais non, elle me disait d'arrêter. Seulement, Jamie Edison n'écoute personne, et personne ne lui donne d'ordre. Même pas une certaine Delia Alevratos. Et apparemment, si je continuais comme ça, elle ne me pardonnerait pas. Non, la haine viendrait s'installer ou un truc du genre. Je ne voulais pas de ça, jamais.

" Bah, tu sais, on me l'a peut-être appris, mais on ne t'a jamais appris que Jamie Edison n'écoute pas ce qu'on lui apprend ou dit ? Je pourrais faire pareil, tu sais. Et qu'est-ce que je dois faire ? Te laisser tranquille à tout jamais sinon pouf, tu me détestes ? Oublie. "

On était presque en train de se gueuler dessus, je restais le Jamie que tout le monde connaissait. Je ne retenais aucun mot, ce qui devait sortir de ma bouche, sortait. Personne ne devrait être étonné, en fait. Ce n'est pas ça, ni autre chose, qui va me faire changer. Encore une fois, même pas une certaine Delia Alevratos.

" Il s'est peut-être perdu en chemin. Mais on n'est pas dans un film, petit brune. On est dans la réalité et ça arrive.. Parfois. "

Elle n'était plus aussi dure qu'avant, elle était plus douce et j'appréciais ce fait. Elle quitta son tabouret pour la table plus loin. Elle avait l'air plus normal, plus elle, quoi. Je me mis donc à sourire, un petit sourire, un sourire à la Jamie quand même. La question était : qu'est-ce qu'elle attendait de moi, maintenant ? C'était le moment où j'allais la prendre dans mes bras, où je l'embrassais ou encore le moment où on continuait à se parler et à jouer au futur couple qui ne sait pas comment se mettre ensemble ? Elle voulait réellement qu'on soit ensemble ou c'était juste une réplique comme ça ? En tout cas, ce qui était sûr, c'est qu'elle voulait que le soit disait scénariste se bouge. Mais il s'était perdu. Je m'approchais d'elle, sourire aux lèvres, un vrai sourire cette fois-ci.

" Mais tu sais... On peut être le scénariste en question. On n'a pas besoin de lui, au final. "

Et me voilà tout prêt d'elle. Un Jamie prêt d'une jolie fille avec ce sourire sur les lèvres... Ce n'était pas forcément rare, mais ça voulait surtout dire qu'il avait quelque chose en tête, ou pas.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Sam 1 Aoû - 17:33

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Take my hand, take a breath
Pull me close and take one step
Keep your eyes locked on mine
And let the music be your guide.


-----------------------------------------------



Qu'est-ce qui était en train de se passer au juste entre eux au fait ? Delia approuvait Jamie sur le fait qu'ils n'étaient pas du tout dans un film mais cela y ressemblait tellement que cela la troublait. Bien sûr la belle ne le montrait pas. Elle restait fidèle à elle-même, la fille qui aimait faire réfléchir les gens sur ce qu'elle était en train de penser bien que Jamie sache à présent ce qu'elle ressentait à son égard. Mais elle n'était pas comme toutes ces personnes qui se jetaient dans les bras de l'être aimé dès qu'il ou elle savait qu'il les aimait. Elle restait tout à fait sérieuse, du moins en apparence. La jeune fille s'en voulait tellement pour avoir baissé ses défenses, résultant au fait que le jeune homme avait tout découvert. Bon, au moins, la belle n'aurait plus à trouver un moyen de cacher ses sentiments à son égard, ou même à chercher à lui avouer son amour fou qu'elle éprouvait envers lui. Non, tout cela était fini depuis quelques minutes et en un sens cela la soulageait parce que cela lui enlevait ce gros poids de “Oh mince, il ne sait rien du tout ! Oh attendez...c'est trop bien !!...ou pas” des épaules. Tout était parti comme la fumée qui s'évapore dans l'air.

“On n'est pas dans un film ? Oh mince, tu as brisé mon rêve d'être dans un...”

Non Delia ne jouait pas avec ce que disait Jamie. Mais c'était comme un jeu entre eux, ils se provoquaient presque à chaque fois qu'ils se parlaient et en réalité, la jeune fille adorait cela. Cela donnait du piment dans leur relation, une relation dont elle ne savait pas encore la fin. Allaient-ils terminer simplement amis, meilleurs amis ou bien se mettre à sortir ensemble ? Cela l'énervait de ne pas savoir. Elle voulait tout savoir, tout le temps. Elle était une vraie miss je-sais-tout. Vous avez donc alors là une autre raison du pourquoi la belle adore et vénère presque toutes les bibliothèques du monde  au point d'y passer le plus clair de son temps libre à chaque fois que son regard se posait sur une. Pour elle c'était l'une des plus belles merveilles au monde, tout comme pouvait l'être Jamie lorsqu'il ne l'énervait pas, soit parfois...ou souvent. Enfin, tout cela pour vous dire que le garçon n'était pas le seul à la traîner hors des bibliothèques puisque tous les amis de cette dernière le faisaient bien trop souvent depuis leur plus tendre enfance.

Et puis Jamie se rapprocha d'elle. Non. Il se rapprocha dangeureusement d'elle. Il avait ce célèbre sourire à la Jamie perché sur ses lèvres et la belle n'aimait pas cela du tout. Peut-être qu'elle aurait dû le planter dans la salle de musique finalement après l'avoir engueulé, finalement. Mais il était malheureusement bien trop tard pour faire demi-tour et impossible de savoir dans sa tête si elle aimait cette tournure que prenait les évènements ou si elle ne l'aimait pas. C'était la toute première fois que les choses allaient aussi loin entre eux, les autres fois étant composées de taquineries et de petits flirts sans innocence, même si Delia ne savait absolument pas que l'attitude qu'elle pouvait parfois avoir envers Jamie était du flirt. Seulement elle le réalisait à présent et encore une fois, il était trop tard pour faire demi-tour.

Inspirer. Expirer. C'était bien cela qu'on devait faire pour respirer, n'est-ce pas ? Garder le même regard impassible...enfin celui malicieux...et provocateur avec ce fichu sourire. Mais pourquoi avait-il fallu qu'elle ne s'en rende compte pile juste au mauvais moment ? Elle l'avait guidé encore plus vers elle et n'avait pas refusé sa compagnie, loin de là. Mais Jamie l'avait tellement supplié pour ce premier rendez-vous sur ce célèbre toit en lui promettant qu'il arrêterait de l'embêter après. Rien ne s'était arrêté et elle ne lui avait pas rappelé sa promesse. Non, elle l'avait juste gentiment provoqué au départ jusqu'à aller plus loin dans la provocation. Si ça se trouve il jouait encore avec ses sentiments en ce moment. La jeune fille allait lui montrer une nouvelle fois qui était le maître.

Jamie était maintenant en face d'elle, mais cette fois-ci avec un vrai sourire. Qu'est-ce qu'il avait encore derrière la tête ? La belle avait appris avec lui qu'il en avait toujours une 99% du temps et on ne pouvait jamais savoir si elle allait nous plaire ou pas. Je vous présente Jamie Edison, le clown de service...non, le craquant, si craquant et si sexy et si...bref, un sympa clown de service. Restons dans les convenances s'il vous plait.

“Vraiment ? Alors comment peut-on prendre sa place ? Le sais-tu ?”

Delia avait l'air tellement innocente au moment présent. Une vraie petite fille qui réclamait une information de la plus haute importance à un total inconnu. Elle était le petit Chaperon Rouge et il était le grand méchant loup. La balle était à nouveau renvoyée dans le camp de Jamie. Est-ce que le grand méchant loup allait garder le petit Chaperon Rouge avec lui ou bien la manger sans pitié puis partir à la recherche d'un autre Chaperon Rouge ? Comme on le dit si bien, seul l'avenir nous le dira...

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Dim 2 Aoû - 13:08


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?
Jamie & Delia


Et c'était reparti. On retrouvait une Delia et un Jamie normal. En train de se taquiner et jouer. C'est comme ça que je nous aime. Quand on fait comme si de rien était, quand on se cherche et qu'on est à deux doigts de se trouver, mais que.. Boum, retour à la réalité. Delia et Jamie, on le voit comme ça et pourquoi ça devrait changer ? Enfin, j'aime notre relation à l'heure actuelle et si on va plus loin, je risque de tout détruire, comme un con. Me détruire moi, et elle, au passage. Détruire ce qu'on a. Parce qu'on a quelque chose, notre relation, elle ne vaut même pas de l'or pour moi. Ce jeu auquel on joue toute la journée, si je ne l'avais plus, je ne sais pas ce que je serais. Enfin, je suis le gars aux conneries, le gars qui embête Alevratos et qui lui court presqu'après. Tout le monde le sait, même si j'arrêtais de l'embêter et de lui courir après en même temps ? Comment ça se passerait ? Est-ce que ça me changerait, est-ce que ça nous changerait ? Je ne veux pas de ça. Pourquoi je voudrais devenir quelqu'un d'autre si je peux rester moi-même rien qu'en nous retenant de peut-être faire une bêtise ? J'aime les bêtises, certes, mais avec cette bêtise -si on peut l'appeler comme ça- je risque gros. Je risque surtout de la perdre, elle. Et je m'en voudrais beaucoup. Juste l'idée de la nier m'est impossible, je n'y arriverais tout simplement pas.

" Très dommage, en effet. On devrait me coller une étiquette sur le front avec marqué dessus 'le plus craquant des briseurs de rêves', pas vrai ? "

Cette étiquette m'irait bien, surtout si le craquant est écrit dessus. Je suis craquant et ça aussi, tout le monde le sait. Surtout les filles. Mais je ne vais pas lui dire ça. Je tiens à ma vie... Et à ce qu'on a. Ouais, la dernière fois que j'ai parlé de filles ou parlé avec une fille en compagnie, ça a mal fini, comme il y a quelques minutes, en fait. Je ne veux pas que ça se reproduise, après, ça repartira en cacahuète et je ne veux plus lui faire du mal. De plus, c'est du temps perdu pour des conneries. Alors, j'arrête. Même si je vais refaire la bêtise, un jour. Pour aujourd'hui, c'est terminé.

Je me permets de m'approcher d'elle, peut-être un peu trop, mais on me connaît, il n'y a pas de limite avec moi. Puis, c'est comme si j'avais la permission de Delia. Son sourire, son attitude, tout ça. Je le prends comme un "t'as ma permission, vas-y, fait ton Jamie." Alors, je le fais. Je le fais très bien, même. Je mérite une médaille pour ça, d'ailleurs. Je me retrouve proche d'elle, aussi proche que je ne l'ai jamais été. Je me sens plus que bien, à cet instant. Parce que Delia ne me frappe pas, ne part pas et ne me crie pas dessus. Non, elle reste immobile et garde la même expression sur le visage, ce qui me fait rire. On va dire que dans ma tête, c'est le bordel, dans sa tête, ça doit un peu être pareil, je comprendrais totalement si c'était le cas. Je venais d'apprendre qu'elle était amoureuse et je m'approche d'elle à la façon Jamie... Il y a de quoi la rendre assez folle, non ?

" Vraiment. Et c'est très simple, tu fais ce qui te convient, quand tu veux. Au lieu d'écrire, t'agit. Je peux te montrer, si tu en as envie. "

Je relevais ma tête, plantais mon regard dans le sien et souriais en coin. Elle avait beau faire son innocente, je pouvais la faire devenir tout le contraire d'une innocente en un rien de temps. Je suis... Magique, comme gars.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Dim 2 Aoû - 17:43

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Now you've got to breathe
It's only where your feet fell
People so cool
Somebody wants you


-----------------------------------------------



Il était près. Trop près. Combien de fois allait-elle devoir se dire cela avant que l'information rentre finalement dans sa tête ? Delia n'en avait strictement aucune idée. Mais la différence avec les autres fois où elle se l'était dit était qu'il n'y avait plus du tout aucun espace entre eux. Jamie était entre ses jambes et son visage n'était plus qu'à un ou deux centimètres du sien, ses yeux noisettes plantés dans ses yeux bleus azur. Voulez-vous savoir le problème ici ? Il avait tout le contrôle sur elle et il pouvait entendre son souffle devenir de plus en plus rapide. Entendait-il son coeur battre la chamade ? Est-ce que son coeur battait aussi rapidement que le sien ou bien battait-il à une vitesse tout à fait normale ? Ce n'était réellement pas juste. La vie n'était pas juste. Enfin, elle avait commencé à ne pas l'être encore une fois lorsqu'elle avait retrouvé Jamie à l'université. Delia n'aurait jamais du le prendre pour elle et elle aurait plutôt du partir comme si il ne s'était rien passé comme cela elle ne serait pas dans cette position à présent.

Cette position était plus qu'indécente. Elle le serait pour toutes les personnes connaissant par coeur la jeune fille. Mais le jeune homme l'avait en quelque sorte sorte dévergondée. Mais si on la voyait comme cela...elle imaginait déjà son père ou même Kieran faire dégager Jamie d'elle et mettre à ce dernier un bon coup de poing. Delia les connaissait trop bien tous les deux et savait que son “petit frère” était assez protecteur d'elle, même trop. Tout le monde l'était, et ils l'étaient devenus encore plus depuis qu'ils savaient son célèbre plan d'avenir. La belle avait tout prévu et un seul garçon avait réussi à tout détruire avec un simple regard, un simple sourire.

Tout cela faisait partie de ce fameux jeu entre eux. Que se passerait-il si jamais il s'arrêtait ? Que se passerait-il s'ils s'étaient toujours parlés normalement ? Elle ne serait pas aussi connue dans l'université pour être la nouvelle fille que Jamie voulait mettre dans son lit. Elle s'attirait même plusieurs regards noirs des autres filles parce que le garçon n'avait pas choisi l'une d'entre elles, la chose la plus importante étant que Delia n'avait jamais été intéressée par Jamie avant qu'il ne prenne un intérêt en elle. Mais les gens ne comprenaient pas, personne ne comprenait ce qui se passait entre eux, ce qu'ils avaient. Ils risquaient de tout détruire si jamais ils franchissaient ce pas où leurs lèvres se trouveraient pour la toute première fois, un premier baiser qui aurait tout gâcher. Et si ils se rendaient compte après ce baiser que finalement entre eux, tout n'était que séduction ? Delia ne voulait rien perdre. Cela serait très dur à supporter et tout ce jeu entre eux mettait de l'ambiance dans ses journées, cela les rendait moins ennuyeuses, tout ça grâce à la personne qui se tenait non pas seulement devant elle, mais qui était également collée à elle. Non ils ne devaient rien faire même si là c'était assez mal parti.

Comment faire ? Le repousser ? Non parce que cela briserait tout leur petit jeu qu'elle aimait plus que tout. Et si ils se mettaient à sortir ensemble ? Peut-être qu'ils continueraient cela. Oh que cela serait bien. Et puis pourquoi y avait-il tant de questions qui tourbillonnaient dans son esprit pile à ce moment-là ? Ce n'était pas du tout le moment pour réfléchir. Elle n'aurait pas pu choisir de plus mauvais moment. Enfin c'était elle, c'était Delia et elle ne pouvait malheureusement pas se changer. Peut-être qu'en perdant la mémoire elle aurait une autre personnalité, qui sait ? On ne peut jamais le savoir.

“Et bien montre-moi alors. Tu sais bien à quel point j'adore apprendre de nouvelles choses.”

D'accord. N'aurait-elle pas pu se la fermer une fois ? Elle lui donnait toute permission sur elle, bon ce n'est pas comme si il ne s'était pas permis de le faire plusieurs fois, qu'il soit près d'elle ou non. Et puis pourquoi avait-il eu ce fichu besoin de vouloir la rejoindre à la bibliothèque ? Ils ne seraient pas dans cette position. Pourquoi n'avait-il pas pu rester bien sage en cours ? De toute façon Delia savait pertinemment que juste après le jeune homme se serait sûrement précipité pour la voir, où qu'elle puisse être. Ou alors il serait peut-être allé retrouver ses amis. Voilà c'était une merveilleuse idée. Ces amis qui la regardent d'un mauvais oeil tout comme le font les siens lorsque leurs regards croisent celui de Jamie.

Tout était totalement fou et c'était finalement génial même si c'était plus effrayant qu'autre chose. Delia Alevratos n'était pas aussi sage qu'elle prétendait l'être à l'extérieur aux yeux de tout le monde. La jeune fille était une assez bonne actrice et c'est sur cette pensée qu'elle reprit soudainement confiance en elle-même.

Delia rapprocha encore plus son visage de celui de Jamie, faisant qu'il n'y avait au plus que cinq millimètres entre ces derniers, comme si elle allait l'embrasser. La jeune fille n'avait plus du tout ce faux sourire innocent qu'elle arborait si souvent mais un sourire à la Jamie, enfin non un sourire à la Delia. Un tout nouveau sourire qui ne laissait rien sous-entendre sur ses futures intentions, mais qui en disait long sur le fait qu'elle ne se laisserait pas avoir si facilement et qu'elle ne serait jamais dans les filets de personne, amoureuse ou pas.

“Je parie que tu es un excellent professeur en plus.”

Delia avait dit cette dernière phrase dans un souffle puis retira son visage de celui de Jamie, mettant sa tête dans sa position initiale et agrandissant à nouveau l'espace entre eux.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Lun 3 Aoû - 12:33


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?
Jamie & Delia


Delia Alevratos. Cette fille, elle me changeait presque, enfin, le 'changement' ne durait que quelques minutes, mais elle y arrivait. C'était nouveau pour moi, ça l'était depuis ce jour, sur le toit. D'ailleurs, rien que ça. Rien que le fait que je lui ai monté cet endroit, ça représentait beaucoup. Ce toit, c'était mon endroit, ma cachette, quand tout allait mal, boum, le toit. Et Delia avait pris connaissance de son existence, elle ne pouvait peut-être pas le savoir, mais, c'était beaucoup. Dès le début, j'avais vu en elle une fille hors du commun, une fille que j'allais aimer, peu importe comment. Une fille que j'allais, dans tous les cas, apprécier. Delia était ce genre de fille à qui l'on s'attache vite, même les plus salops s'attacheraient à elle. Il suffisait juste de la connaître, de la cerner, et j'avais fini par y arriver. Ouais, j'avais été fort pour ça. Parce qu'on a beau croire qu'on connaît quelqu'un, on la découvre chaque jour, c'est presque impossible de connaître quelqu'un par cœur. Aujourd'hui encore, elle m'avait impressionnée. Je ne le montrais pas, je ne l'ai jamais montré ou même dit, mais Delia m'impressionne beaucoup, ça doit être pour ça que je l'admire. Je l'admire vraiment, sincèrement et énormément. Elle est même devenue ma " Petite brune '', à force. Bien que je n'utilise pas souvent ce déterminent possessif, ayant peur de la façon dont elle pourrait le prendre. Mais même sans ça, elle a su tomber amoureuse.

Et je me sentais un peu mal à propos de ça. À propos du fait qu'elle m'aimait alors que moi.. Je ne disais rien de pareil. Je laissais des sous-entendus, certes, mais je ne savais pas réellement ce que je ressentais. Tout ce que je savais, c'est que c'était spécial, et très agréable. C'est tout, je ne savais rien d'autre. Comment on sait si on est vraiment amoureux de quelqu'un alors qu'on ne l'a jamais été, qu'on n'a jamais dit "je t'aime'', qu'on s'est jamais renseigné sur le sujet, ou encore qu'on a peur de ça. J'ai peur. Peur de ce que je pourrais devenir, de ce que je pourrais faire et de ce qu'on pourrait devenir, nous deux, dans le futur. Rien, un couple ou des amis. J'étais tout aussi confus. Je devais faire quoi, moi, maintenant ? Continuer à me poser des questions, me reculer et arrêter de faire la bête sauvage ou rester et... Enfin l'embrasser. Je ne savais pas ce qu'elle attendait de moi, ni ce que je devais faire. En tant que Jamie, je devrais sauter le pas et l'embrasser. Ou fuir. Je pourrais fuir, vraiment. La peur, ce n'est pas quelque chose que je connais, je la connais aussi bien que l'amour, et mes connaissances dans tout ça sont au point mort. De plus, avoir peur me fait encore plus peur.. Et oh putain que j'en ai marre, là.

Delia ne m'aime pas du tout, pour être honnête. La franchise, c'est bien, apparemment. Et là, j'ai l'impression que c'est le moment où l'on se dit tout et qu'on fait ce qu'on avait envie de faire depuis un bail. Seulement, je ne sais ppas si elle le veut. Je ne sais pas si elle veut que je l'embrasse, ou que je me recule, mais vu son attitude, je devrais l'embrasser. Ça l'apprendra à ne pas m'aider correctement. De plus, j'en ai terriblement envie. Mais... Je n'ai pas la permission complète d'Alevratos, voyez-vous. Juste son attitude, ses souris.. Tout ce qu'elle est, à l'instant, ça doit vouloir dire : "embrasse-moi, tu peux, j'en ai envie, on va jouer, let's go.." Pour la première fois depuis longtemps, je doute, je doute de ce que je pourrais faire, et de ce que j'entreprends de faire. C'est elle qui me fait ça.

Elle me dit de lui montrer, qu'elle adore apprendre de nouvelles choses et que je pourrais faire un excellent professeur. Ironie. Moi, professeur ? Au grand jamais. Ils me haïssent, et je les aime. J'aime les professeurs, pour les emmerder... Mais, le boulot de professeur n'est qu'un boulot pour nous embêter, nous gueuler dessus et nous apprendre tout ce qu'on doit savoir, et je n'aime pas ça, pourquoi je devrais ? C'est ennuyant, comme le livre que lisait Delia. Même plus ennuyant, je dirais. Je m'éloigne du sujet. Delia et moi. Maintenant. Je la regarde dans les yeux, avec un sourire qui en ferait craquer plus d'unes. -c'est prouvé, d'ailleurs-

"Bizarrement, j'en suis tout aussi sûr que toi, à l'instant."

La peur, elle n'est plus là. Ni le doute. Elle se remit normalement, ce qui me fit lâcher un petit rire. Elle voulait jouer, elle s'aventurait dans un jeu dangereux. Je ne bougeais pas, je restais là où j'étais, là où je voulais être.

"Mais t'as intérêt à me laisser travailler comme j'en ai envie, Alevratos."

Je réduisais le peu d'espace qu'il restait entre nous deux, souriant aussi dangereusement que je le jeu auquel on jouait. Je rapprochais mon visage du sien. Au diable le futur, nous n'avions qu'à vivre du présent, c'était beaucoup mieux. Et elle l'avait voulu, dans un lent mouvement, je collais mes lèvres aux siennes. Je venais d'embrasser la petite brune. Elle voulait apprendre, elle allait donc apprendre. En plus, elle avait le meilleur professeur du monde, elle n'aurait pas rêvé mieux.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Lun 3 Aoû - 15:22

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Carefully we're placed for our destiny
You came and you took this heart, and set it free
Every word you write or sing is so warm to me, so warm to me
I’m torn, I’m torn to be right where you are
I’m not afraid, anymore
I’m not afraid


-----------------------------------------------



C'était bizarre. Delia ne pensait pas du tout que Jamie la prendrait au sérieux mais c'était également de sa faute à lui. C'était lui qui l'avait changée et il avait intérêt à ne pas protester contre ce fait. C'était ainsi qu'il l'avait embrassé. La jeune fille réalisa qu'elle savait depuis la seconde où le jeune homme avait fermé la porte de la salle de musique derrière lui que leur futur allait se décider en ce lieu et à ce moment précis. Jamais ils ne s'étaient retrouvés seuls. Cette porte fermée mettait une fin à ce cercle interminable où les deux jeunes gens ne faisaient que se tourner autour en clamant haut et fort qu'ils ne se taquinaient qu'en amitié alors qu'en fait, ils se draguaient ouvertement. Et c'était terminé à présent. Ils avaient scellé leur destin et pour une fois depuis qu'ils se connaissaient, la belle ne regrettait pas du tout cette décision. Elle ne savait pas si c'était le cas de Jamie mais c'était ce qu'elle ressentait.

Ce baiser était bien loin de tout ce qu'elle avait pu imaginer. Il n'était pas comme ceux que son entourage lui avaient décrit. Il était tendre tout en devenant plus passionné au fur et à mesure qu'ils s'embrassaient. Comment avait-elle réussi à prolonger ? Peut-être qu'elle embrassait mal mais en ce moment toutes ses peurs concernant l'amour et tout ce qui s'y rapportait étaient parties en fumée au loin.

Delia avait toujours repoussé les garçons depuis son plus jeune âge, bien sûr parce que les études, la famille et les amis passaient largement devant des petits flirts à deux balles qui ne pouvaient que lui ramener un magnifique coeur brisé à la fin de la relation. Puis le fait qu'elle connaisse Jamie pour la première fois quand elle était petite, voir à quel point il était violent l'avait fait détester encore plus le sexe opposé, ces fameux garçons. Et dire que pour avoir des enfants, on avait besoin d'eux, chose qui l'avait encore plus dégoûtée du sexe masculin. Autant devenir lesbienne dans ce cas-là mais malheureusement, la belle s'était révélée être “normale” et avait passé tout un weekend à bouder dans sa chambre lorsqu'elle l'avait réalisé. C'était l'époque où ce cher Jamie était devenu gentil et qu'il la faisait rire à gorge déployé. Les toutes premières fois, elle avait mis ses mains devant sa bouche pour faire genre qu'elle ne rigolait pas, lui attirant plusieurs regards bizarres. Vous avez bien compris qu'il l'intéressait déjà un peu à l'époque mais elle l'avait ensuite oublié totalement, ne s'intéressant plus jamais à personne.

La jeune fille s'était toujours demandée ce que Jamie avait de plus que les autres garçons, chose que ces derniers qui s'étaient intéressés et s'intéressaient à elle se demandaient sûrement aussi. Mais maintenant tout était scellé et c'était largement trop tard. Ce premier baiser avait confirmé à Delia ses sentiments pour le jeune homme, baiser qu'elle avait réclamé en plus. Il était passé où le “Je jure de rester vieille fille pour le restant de mes jours.” ? Il était parti aux oubliettes, enfoui au plus profond d'elle-même. Delia savait à présent que rien ne changerait dans son comportement envers Jamie mais elle savait également qu'il reisquait de partir, de sortir de sa vie à jamais, chose qu'elle ne voudrait jamais mais elle ne le forcerait jamais à faire des choses qu'il ne voulait pas...sauf pour l'embêter en fait. Mais ils étaient à présent dans une situation sérieuse. C'était drôle d'y penser puisque quelques instants auparavant ils étaient encore dans leur petit jeu que seuls eux pouvaient comprendre.

Delia détacha avec douceur ses lèvres de celles de Jamie pour reprendre sa respiration. Elle souriait toujours mais ce n'était plus le sourire à la Delia, non c'était un vrai léger sourire. Il était vrai que les premiers baisers n'étaient jamais parfaits mais pour elle, ce dernier l'était vraiment. Une nouvelle fois elle ne savait pas si c'était ce que pensait Jamie mais au pire, si il ne partageait pas ce sentiment, elle pourrait toujours le remercier pour lui avoir donné ce sentiment de liberté et de bien-être parce qu'elle était pleine d'appréhensions avant le baiser, mais elles avaient disparu totalement à présent. Au moins, elle aurait eu son premier baiser avant de terminer vieille fille. Oui Delia adorait négativer dans les moments les plus parfaits, comme celui-là, afin de ne pas être déçue si jamais la situation ne se terminait pas bien, ou du moins si cette dernière ne se finissait pas comme elle l'aurait vue.

“Alors c'est vrai que tu es un bon professeur. Je dois dire que j'en doutais quand même un peu...juste un peu.”

Delia était redevenue taquine tandis qu'elle regardait avec malice le jeune homme en face d'elle. Ce baiser n'avait rien changé son attitude envers ce dernier et la belle en était assez contente. Elle aurait totalement refusé que cela change leur manière de se comporter l'un envers l'autre mais de son côté, rien n'avait changé du tout apparemment et c'était une assez bonne chose, bien sûr.

“Mais par contre je me demande si tu es le meilleur. Il va falloir que j'aille en voir d'autres pour le désigner.”

Mais est-ce que leur relation allait changer de statut ? C'était le plus gros problème entre les deux jeunes gens depuis toujours.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 4 Aoû - 11:03


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?
Jamie & Delia


Oui, je l'ai pris au sérieux. Et oui, je l'ai embrassé. Je ne m'en veux pas, pour la première fois de ma vie, je sens quelque chose quand j'embrasse quelqu'un. Je me sens aussi plus léger. Je me dis qu'il fallait bien qu'on s'embrasse un jour où l'autre et ce jour est arrivé. Je ne pensais pas l'embrasser dans une salle de musique, ni après ce qu'il venait de se passer des minutes avant. En fait, je n'avais pensé à rien, je me laissais juste aller en sa compagnie. Ouais bon, je me laissais souvent aller... Je ne réfléchissais que rarement à mes actes et à mes paroles. Là, par exemple, avant de l'embrasser, j'avais réfléchi aux conséquences qu'aurait ce baiser sur la relation qu'on entretenait. Puis, j'ai fini par l'embrasser, parce que non seulement, j'étais redevenu le Jamie que tout le monde connaissait, mais en plus de ça, j'en mourrais d'envie.

Ce qui me surprit, aussi. C'est qu'elle avait répondu à ce fameux baiser. Delia Alevratos avait répondu à un baiser, et elle se débrouillait bien, pour être honnête. Nombreuses sont les filles que j'ai embrassées, mais... Qui ne savait pas embrasser. Là, j'ai réellement fui. Bref. Ce geste me fit sourire contre ses lèvres. Je ne m'en lassais pas, elle non plus. C'était un vrai baiser, avec des sentiments derrière.

J'embrassais bien Delia, j'embrassais la petite brune, ouais. La fille aux amies pourris. La fille qui ne m'aimait pas quand j'avait treize ballets parce que j'étais brusque et violent. Ce que je n'étais plus. Enfin si, mais une autre facette de Jamie avait fait apparition. Un Jamie qu'on aimait. J'avais réussi à me faire aimer en étant bien. Ouais, bon, il y avait toujours des gens pour me rabaisser, mais, je m'en foutais. Le garçon de treize ans aurait réagi autrement, avec ses poings. Parce qu'il n'aimait pas qu'on le juge ou qu'on parle de lui sans le savoir. On le devait à ce cher John, c'est lui qui avait fait vivre ce petit garçon un peu trop violent. Mais, tout ça appartenait au passé, désormais. Le point positif de l'histoire, c'est qu'on m'appréciait, mais surtout, qu'elle m'aimait. Autrefois, elle me regardait bizarrement, maintenant, c'est toujours le cas, mais il y a de l'amour dans ses yeux. Je le vois. Et je le sens, aussi.

Elle finit par rompre le baiser. J'avais une sorte de gigantesque sourire sur le visage. J'avais jamais souri comme ça. J'étais vraiment content. Plus que d'habitude. Et j'aurais jamais cru ça possible, parce que j'étais du genre à être hyper positif et content.

" Tu doutais de mon plus grand talent ? Vraiment ? C'est tellement triste."

Après ce qui venait de se passer, elle restait la même. On restait pareil. Avec le même jeu. Ça, ca ne changerait pas ce qu'on était et ce qu'on voulait être. Par contre, je n'avais aucune idée de ce qu'on était, désormais. Je ne m'attardais pas sur la question, on y pensera plus tard. Cette question trôtera toujours dans ma tête, bien entendu. Parce que je ne savais pas ce qu'elle se disait. C'était la même question qu'elle se posait ? Ou elle ne se la posait pas du tout ?

" Hm.. Nah. Oublie. Aucun autre gars n'approchera ces lèvres, compris ? Sinon, ils auront à faire avec un certain Jamie Edison. "

J'étais légèrement possessif. Encore plus à partir d'aujourd'hui, apparemment.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Mar 4 Aoû - 14:42

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Like you I'm original, tryin' to move this world from where it's at.
You're laid back and I get stressed.
Whenever we're together, we're more than that.
My motto's seize the day and night, and yours is let's go with the flow.
That's no reason to say goodbye, now if you're fast enough for a girl on the go!


-----------------------------------------------



“ Aucun autre gars ? Et en quel honneur monsieur Edison ? Il n'y a pas écrit sur mon front en encre indélébile 'Petite amie de Jamie Edison'.”

Elle l'avait dit. Enfin. Il fallait en finir avec ce jeu même s'il allait en quelque sorte continuer s'ils se mettaient à sortir ensemble. Mais Delia voulait tout de même du sérieux. Cela ne servirait à rien de continuer à s'embrasser s'il ne se passait rien ensuite. La jeune fille lui avait tendu une perche, à lui de la prendre ou non mais elle ne voulait pas être son 'jouet', surtout quand tous les autres racontent autour d'elle que Jamie veut tout simplement la mettre dans son lit, comme il l'avait fait avec tant d'autres filles.

Delia avait un peu peur que cela soit le cas après le baiser, qu'il parte après lui avoir dit “Bon salut j'vais aller voir d'autres filles parce que toi niveau baiser...c'est un peu nul. Bye !”. Mais non. Jamie était resté et ce qui l'avait encore plus surprise était son regard. Il avait l'air encore plus heureux qu'il ne pouvait l'air dans un moment normal où ils se taquinaient et cela voulait peut-être dire qu'il ressentait la même chose qu'elle mais rien n'était moins sûr. Si ça se trouve, c'était parce qu'elle avait bien embrassé. Qui sait, on ne pouvait jamais savoir pour sûr avec Jamie.

Une autre chose qui l'effrayait était que le jeune homme avait une année de plus qu'elle, donc il était plus âgé qu'elle. La belle se demandait donc si les garçons de 21 ans et 22 ans avaient les mêmes attentes dans une relation amoureuse. En plus, ils n'avaient mis aucun nom sur leur statut mais une chose était sûre: ils avaient franchi une sorte de grand pas dans leur relation. Et puis pourquoi c'était toujours plus simple dans les séries télévisées et dans les films ? La plupart du temps il suffisait que le garçon et la fille s'embrassent, s'ils étaient amoureux, pour qu'ils se mettent ensemble. Hop, happy end ! Mais comme Jamie avait pointé, ils étaient bien loin d'être dans un de ces films à l'eau de rose pour midinettes.

Enfin il fallait qu'elle arrête de se préoccuper avec ce fichu statut même si cela la préoccupait ce que Jamie pensait à ce moment précis. De toute façon, la jeune fille était bien plus légère qu'avant et tout cela grâce à Jamie. C'était comme si ils étaient destinés à être ensemble, même si cela semble peut-être ridicule de le penser mais c'était réellement cette impression que Delia ressentait à présent. Elle se demandait comment on faisait pour se sentir si bien en présence de quelqu'un et c'était tout nouveau encore une fois pour elle. Tout ce qu'elle ressentait ne faisait que se répéter dans son esprit et son coeur, comme si elle n'avait rien du tout retenu la première fois qu'elle les avait ressenti. Il faut dire qu'à part ce sentiment de bien-être, la belle avait plutôt une envie dévorante pour tabasser sa tête et son coeur, pour simple et unique raison qu'ils étaient en train de la saoûler en ce moment précis et qu'elle désirait simplement qu'ils la laissent tranquille avec Jamie.

Delia ne savait pas si Jamie et elle étaient dans leur monde où ils continuaient leur petit jeu, chose qui ne s'était jamais produite entre eux, sûrement parce que c'était également la première fois qu'ils se retrouvaient seuls, sans personne autour d'eux. En tout cas, la sonnerie annonçant l'heure du déjeuner retentit, faisant sauter le coeur de la belle Delia bien fort dans sa poitrine. Pour le coup son envie de meurtre s'était reportée sur cette fichue sonnerie. Ne pouvait-elle pas faire son boulot plus tard ? Bon en même temps il faut quand même se l'avouer, la jeune fille commençait quand même à avoir faim. Quelle heure était-il ? Midi ? Midi et demi ? Dans ces environs-là, c'était ce qui était sûr, une des choses dont on pouvait être sûr à 100%.

“Je suppose qu'on devrait y aller. Je n'ai pas vraiment envie de m'endormir en cours parce qu'un certain Jamie Edison m'aura gardée dans la salle de musique.”

Delia regarda en souriant Jamie puis le repoussa gentiment, tant pis s'il voulait rester dans cette position parce qu'elle avait faim et elle ne comptait pas se laisser diriger par lui simplement parce qu'il avait envie de faire autre chose. En ce cas, qu'il aille rejoindre ses amis et elle rejoindrait les siens dans la cafétériat.

La jeune fille descendit de la table sur laquelle elle s'était assise puis regarda le jeune homme.

“Tu viens ? Parce que je ne compte pas attendre que tu aies faim pour y aller.”

Elle ne serait jamais dépendante de lui, même si elle l'aimait. Il avait réussi à l'arracher à ses révisions mais il ne réussirait pas pour l'appel de son estomac, surtout qu'il ne réussirait aussi pas à lui faire sécher les cours cette après-midi.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Dim 9 Aoû - 22:04


Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?
Jamie & Delia


Je pensais à pleins de choses en même temps. À elle, à moi, à nous, à ce fameux baiser, à notre relation, à ce que notre relation allait devenir au fil du temps. Jamais je n'avais pensé à autant de choses en même temps, je pense. C'était une première fois, pour moi. Comme pour elle, c'était son premier baiser. En fait, je l'avais embrassé et elle avait répondu au baiser. Ce qui veut dire qu'elle était pour, non ? Je la connaissais, si elle n'avait pas voulu de ce baiser, elle m'aurait repoussée, et pas doucement, en plus de ça. J'aurais regretté toute ma vie alors que là, je n'allais pas le regretter. À première vue, je n'allais rien regretter du tout. Tout semblait être revenu à la normale, pour notre plus grand bonheur à tous les deux.

La sonnerie me fit soupirer. Un grand soupir. Elle ne pouvait pas revenir plus tard ? Genre dans une trentaine de minutes ? Je voulais profiter de ce moment avec Alevratos, bordel ! Mais non, la sonnerie avait décidé de sonner et de me faire chier à l'instant même. J'aurais bien pris un marteau et l'aurait défoncée, mais non... J'étais bien trop occupé avec Delia. D'habitude, je serais parti à galope, sauf que je pars à galop que quand j'étais en cours avant cette sonnerie. Et là, ce n'était pas le cas. J'étais bien. J'étais avec la petite brune et on était seuls. Je lâchais un petit rire aux paroles de Delia. Elle pouvait ne simplement pas aller en cours cet après-midi. Ainsi, c'était beaucoup plus simple. On sortirait de l'université maintenant, je l'emmènerais manger quelque chose et on passerait notre journée ensemble sans penser au cours et à tout ce bordel qu'est notre scolarité. Bien que ce ce n'était pas vraiment le bordel pour Delia. Celle-ci me repoussa d'ailleurs, elle descendit même de la table où elle était assise. Elle comptait s'en aller pour manger... Mais elle n'allait pas me laisser planter là !

"J'arrive petite brune, j'arrive."

Je pris rapidement mon sac et rejoignais Delia. On sortit ensuite de la salle de musique, ensemble. J'avais le sourire aux lèvres, quelques personnes nous regardaient bizarrement. En même temps, on venait de sortir de la salle de musique et on souriait comme deux guignols... De plus, nombreuses sont les personnes qui savaient que je lui tournais autour, ... Ils connaissaient l'existence de ce fichu jeu et de cette relation. Le '' Jamie Edison lui tourne autour. Pourquoi ? Comment ? Et les autres filles ? " C'était ça, quand ils nous voyaient, mais je les ignorais. Ils n'étaient pas importants. Je me mis à marcher en sa compagnie. Je ne savais pas quoi faire. Lui prendre la main ? Ou un truc du genre ? J'étais perdu.

"Hey, si c'est le moment où on se tient la main, tu m'le dis hein. Parce que moi, c'est pire que le néant là-haut !"

Je lui souriais, un sourire un peu maladroit quand même. Delia allait devoir m'apprendre quelque chose, j'avais déjà joué le professeur aujourd'hui. Et il faut dire que j'avais été satisfaisant.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie. Lun 10 Aoû - 12:07

Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ?


Delia Alevratos | Jamie L. Edison




Baby tell me, is this good for you?
Cause for me, it’s a dream come true
I think about you boy day and night
If this is wrong, I don’t care if I’m right


-----------------------------------------------



Se tenir la main ? Est-ce que ce n'est pas ce que font généralement les couples ? Pour le coup Jamie l'avait prise de court. La jeune fille avait senti sa respiration s'arrêter presque et lorsqu'elle regarda le jeune homme dans les yeux, elle voyait à quel point il était sérieux même s'il devait quand même s'amuser quand même de l'effet qu'il venait de lui faire. C'était soit ils officialisaient leur relation devant toutes les personnes de l'université ou bien ils en restaient à se tourner autour comme si ils ne s'étaient rien passés entre eux dans cette fichue salle de musique il y a quelques minutes avant qu'une sonnerie ne les dérange et ne les permette de réfléchir plus à leur relation avant de se montrer devant tout le monde.

Delia sentait les regards de tous les garçons et de toutes les filles autour sur elle. Le sien se posa directement dans celui de Jamie et non ce n'était pas un regard tendre. C'était un qui lui disait que quelque soit sa future décision, elle allait trouver une solution pour avoir du lui faire réfléchir à cette question maintenant. Non il n'aurait pas pu lui demander cela lorsqu'ils seraient seuls à un moment après leur journée de cours ? Sauf que lorsqu'il s'agissait de lui, c'était tout sauf la normalité donc il ne fallait surtout pas à ce qu'il se passe des évènements normaux avec lui, si cela arrive, prenez directement sa température parce que cela serait vraiment grave.

Donc la belle était coincée entre son potentiel futur petit ami et les autres élèves. En tout cas c'était sûr que tout le monde aurait un bon gros fou rire si elle refusait de prendre sa main. Ils diraient tous à Jamie qu'il n'aurait pas réussi sa mission de la faire tomber amoureuse de lui alors que c'était tout le contraire. Comment avait-il fait alors que d'habitude les personnes comme lui l'énervaient au plus haut point et elle les envoyaient balader à chaque fois qu'elles essayaient de faire un pas vers elle ? Delia n'en avait encore une fois aucune idée mais elle savait qu'il avait réussi à se frayer un chemin vers son coeur et pour la première fois de sa vie, la jeune fille en était heureuse.

La chose énervante à propos de tout cela est qu'elle se sentait se radoucir peu à peu et bien plus rapidement que d'habitude rien que de voir le sourire du jeune homme. Si c'était cela l'amour, elle voulait bien être amoureuse de Jamie toute sa vie avec plaisir. Il n'y aurait même pas besoin de l'y forcer parce qu'elle supplierait presque la personne que cela soit le cas. Ce garçon l'avait changée, bien qu'elle soit restée en quelque sorte elle-même, et elle savait profiter bien mieux de la vie à présent. Ce n'était pas qu'elle ne le faisait pas avant mais...pas autant que maintenant. C'était bizarre comment une seule personne pouvait bouleverser une vie et la changer à tout jamais, et c'était le cas pour Delia Alevratos.

Maintenant la même question revenait encore et encore dans son esprit. Que faire ? Jamie avait une réputation de quitter ses petites amies au maximum un mois après s'être mis avec elles. Mais il y avait une différence dans leur cas parce que les deux jeunes gens avaient passé quand même quelques mois à se tourner autour. Normalement Jamie avait directement la fille qu'il voulait et plusieurs personnes pensaient que Delia était lesbienne puisqu'elle ne s'était jamais intéressée réellement à un garçon. Tout le monde s'était trompé et la jeune fille allaient une nouvelle fois leur donner tort. Ils pensaient qu'elle terminerait vieille fille et qu'elle repousserait le jeune homme au dernier moment mais non.

“Heureusement que je suis là, n'est-ce pas ?”

Sa main se glissa dans la sienne, offcialisant leur relation, tandis qu'elle l'entraînait en souriant vers la cafétériat.

“Maintenant arrête de traîner sinon je refuse de sécher éventuellement les cours...un jour.”

Delia ne lui avait pas dit quel jour cela serait mais cela ne serait pas aujourd'hui parce qu'elle lui avait déjà dit qu'elle allait en cours cette après-midi. Cela pourrait même être dans quelques mois si ils encore ensemble d'ici-là mais ils n'y étaient pas encore. Pour l'instant ils profitaient de leurs premières minutes en tant que couple, vrai couple. C'était tellement bizarre de se le dire. Elle avait un petit ami, elle sortait avec quelqu'un pendant ses études et, regardant Jamie avec un sourire, Delia se dit qu'elle avait pris la bonne décision parce qu'il était vraiment temps qu'ils prennent une décision par rapport à ce qu'ils voulaient vraiment être ensemble.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie.

Revenir en haut Aller en bas
Peut-on vraiment étudier sans être dérangée ? || PV Jamie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sans une fesse libre, aucun combat ne peut être entendu
» de combien peut on retoucher une culasse sans souci ?
» moteur métro turbo sans turbo
» "Peut-on vraiment traquer le carnassier l'hiver ?"
» Peut-on vraiment bien vivre du golf ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream New York :: 
Archives
 :: Rps
-