New-York, la grosse pomme ! Vous avez déjà rêvé de vivre ici ou d'apercevoir la statue de la Liberté ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

the kids aren’t alright w/ delia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: the kids aren’t alright w/ delia. Mar 4 Aoû - 15:27

Delia & Sasha
i am going to change my life today. i tell myself this everyday but i can never seem to do it when thought. i desperately want to. i wish i was strong enough. brave enough. or stupid enough to go after what i want.




« Tu reviens quand à la maison ? » Au téléphone avec sa sœur depuis plusieurs minutes, Sasha savait très bien que cette question allait être posée parce qu’elle lui demandait tout le temps et il lui donnait toujours la même réponse : « Je ne sais pas, Em’. » Et c’était vrai : il n’en savait rien, tout comme il ignorait s’il avait vraiment l’envie de remettre les pieds en Californie et dans la maison familiale. Cette maison ne représentait plus un havre de paix, elle n’était plus un refuge, un cocon apaisant et rassurant ; elle était devenue l’antre des mensonges et le jeune homme le vivait toujours aussi mal. Il ne comprenait pas comment ses parents avaient pu être aussi fourbes, ni comment ils ont fait pour vivre aussi longtemps avec un tel secret sur la conscience. À moins qu’ils n’en n’aient jamais eu ? Cela ne l’étonnerait pas outre mesure. Plus il en apprenait sur sa famille, moins il se sentait proche d’eux et cela le rendait triste parce qu’il les aimait encore et malgré tout – et surtout, il ne voulait pas que sa sœur en souffre alors qu’elle n’avait rien fait dans cette histoire. Elle en était une victime. Comme lui. « Mais tu me manques. » Souffla la jeune femme à l’autre bout du fil. Sasha ressentait la même chose. Elle lui manquait tout autant, mais il ne pouvait pas se permettre d’abandonner ses recherches. Il avait le besoin de connaître ses origines pour se construire une vie stable. « Je sais princesse, et tu me manques aussi. » Il ne mentait pas, il ressentait cette absence comme un vide immense dans son cœur. Mais même en rentrant chez lui, il savait que ce vide ne serait pas comblé pour autant. « Je te rappelle plus tard. » Lâcha finalement le jeune homme en arrivant près du métro. Il voulait être un peu seul avant de rejoindre Delia et cette conversation ne l’aidait pas à voir les choses sous un meilleur angle. Il échangea encore quelques mots avec sa sœur et raccrocha avant de s’engouffrer dans la station de métro.

Il aurait très bien pu prendre sa voiture, mais il n’avait pas envie de perdre du temps sur la route ; il y avait toujours trop de monde et avec les touristes, c’était encore pire. Ils semblaient être partout et cela lui donnait l’impression d’être en Californie puisqu’ils étaient aussi nombreux là-bas qu’ici. D’ailleurs, en s’installant dans la rame, il se retrouva en présence de quelques touristes qui avaient du mal avec les stations, et cela le fit sourire. Il s’était senti tout aussi perdu en arrivant ici alors il comprenait bien que pour des étrangers, c’était encore pire. Il ne comprenait pas ce qu’ils racontaient parce qu’ils ne parlaient pas anglais, mais rien qu’à entendre le ton qu’ils employaient, ils étaient plus qu’agacés par la situation. Cela le détendait un peu. Il aimait observer les gens, même si ça pouvait paraître bizarre. Mais selon Sasha, on en apprenait autant des gens en observant leur comportement qu’en leur parlant. C’était son habitude, sa petite manie. Il essayait de ne pas être trop insistant et ne restait pas fixé sur une personne durant des heures, mais dès qu’il avait une bonne cible, il l’observait pendant un long moment. Et là, son choix s’était porté sur les touristes. Ils seraient sa distraction pour tout le trajet.

Une poignée de minutes plus tard, Sasha quitta sa place et sortit à sa station. Il ne lui restait plus qu’à remonter deux-trois rues et il serait à l’hôpital. L’endroit où il était né. Cela lui faisait clairement bizarre parce que, pour lui, c’était déjà un grand pas en avant. Au moins, ses parents n’avaient pas menti sur tout. Mais il aurait quand même aimé qu’ils en sachent plus, qu’ils connaissent les noms de ses vrais parents, mais apparemment, soit ils ne savaient rien, soit ils faisaient comme ils ne le savaient pas. Il était partagé entre ces deux options, ne sachant s’ils iraient encore jusqu’à lui mentir ou non. Mais venant d’eux, il s’attendait à tout. Et surtout au pire. C’était moche à dire parce qu’au fond, il avait envie de leur faire confiance de nouveau, mais il savait que c’était impossible.

Heureusement qu’il connaissait à présent des personnes en qui il avait une grande confiance et Delia en faisait partie. Elle lui avait de suite inspiré de bonnes choses, et depuis qu’ils se parlaient, son avis n’avait pas changé, bien au contraire. Il se sentait incroyablement bien à ses côtés et se sentait libre de tout lui dire sans la moindre crainte. C’était une sensation étrange, mais il appréciait d’avoir une telle relation de confiance avec quelqu’un. Et en parlant de la jeune femme, il l’aperçu à quelques mètres de lui, et immédiatement, un sourire étira les lèvres de Sasha. C’était automatique. Il accéléra le pas, et une fois face à elle, il lui fit une rapide accolade en lâchant un petit « hey ». Il avait tellement l’impression de la connaître depuis toujours que les choses s’étaient faites naturellement entre eux. Il la relâcha après quelques secondes. « Désolé, j’suis un peu retard, j’étais au téléphone, ça m’a prit plus de temps que prévu. » Il faut dire que sa sœur avait la langue bien pendue. Quand elle parlait, elle ne s’arrêtait plus. « Ça va ? » Demanda-t-il dans un nouveau sourire. Lui, il était surtout stressé et heureux en même temps. Ils allaient fouiller les archives, c’était illégal, mais il s’en fichait. Pour une fois depuis presque deux ans, il avait l’impression d’être sur une bonne piste et cela lui retirait toutes les craintes qu’il aurait pu avoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Mar 4 Aoû - 18:23

The kids aren't alright.


Delia Alevratos | Sasha E. Hawkins




Security is having a big brother.

-----------------------------------------------


Un grand frère. Qu'est-ce que cela aurait été si elle en avait eu un ? Delia ne le savait pas du tout puisqu'elle n'y avait vraiment jamais réfléchi. Sauf que maintenant avec l'arrivée de Sasha dans sa vie, cette question était apparue dans son esprit et elle se trouvait à rester éveillée plus tard le soir parce qu'elle s'imaginait plusieurs scénarios différents où elle en avait un. La jeune fille en avait même parlé à ses parents pour savoir comment leur vie aurait alors été. A chaque fois sa mère semblait sur le verge des larmes et son père avait un regard triste peint sur son visage. La seule réponse qu'elle réussissait à avoir était qu'ils ne savaient pas puisqu'elle avait toujours été fille unique. Delia retournait confuse dans sa chambre, fermait la porte de cette dernière avant de s'y laisser aller en soupirant. Ses pensées se dirigeaient alors toujours vers Sasha et quoiqu'elle essaye de faire, rien ne le faisait partir de son esprit. Il y était gravé au fer rouge après chaque altercation passées avec ses parents. Toujours.

La première fois que le regard de la jeune fille avait croisé celui du jeune homme au supermarché il y a quelques mois, elle avait tout de suite senti un vide se remplir en elle, un vide dont elle n'avait jamais été consciente jusqu'à présent. Elle avait essayé de détacher son regard du sien mais ils avaient passé au moins cinq bonnes minutes à se regarder dans les yeux sans rien faire d'autre. Ils auraient sûrement pu rester des heures plantés dans la même position si une vieille dame n'avait pas demandé à Delia de lui attraper un paquet de purée en poudre en hauteur. Lorsque la belle avait terminé sa tâche et s'était retournée pour revoir Sasha, il avait disparu. La chose bizarre était que cette simple 'disparition' avait presque eu envie de fondre en larmes parce que ce vide en elle venait de réapparaître. Elle avait vite terminé ses courses et était rentrée à un pas de course chez ses parents, soit aussi chez elle.

Et puis ils s'étaient revus encore plusieurs fois pendant le mois qui suivit jusqu'à ce que Delia prenne une grande inspiration et aille se présenter au jeune homme. Bizarrement le courant était immédiatement passé entre eux et ils étaient ensuite rentrés chez lui. La jeune fille avait envoyé un message à ses parents disant qu'elle était chez une amie, petit mensonge de rien du tout pour ne pas les inquiéter sur le fait qu'elle n'était pas encore rentrée à la maison, et qu'elle allait sûrement passer la nuit chez elle. Et effectivement, elle avait passé la nuit chez Sasha parce qu'ils s'étaient directement racontés toute leur vie.

Delia s'était directement dit que c'était étrange de se sentir directement si bien avec un homme qu'on venait juste de connaître mais surtout avec ce qu'il lui avait raconté: Sasha avait été trompé par ses 'parents' et était à New York City afin d'y retrouver sa vraie famille parce qu'il savait dans quelle clinique il était né dans la Big Apple. La belle lui avait directement offert son aide, qui avait d'ailleurs été acceptée, surtout qu'il allait avancer largement plus rapidement dans ses recherches sur ses origines. Une autre chose étrange était qu'ils étaient tous les deux nés dans la même clinique. Cela aurait pu être une chose tout à fait normale si les personnes dans la rue n'avaient pas commencé à leur sortir que c'était mignon un frère et une soeur qui se promènent ensemble ou bien encore qu'ils avaient le même sourire ou d'autres similarités physiques. Les deux jeunes gens ne disaient rien du tout mais cela avait mis encore plus dans la tête de Delia que Sasha pourrait être le grand frère qu'elle n'avait jamais eu. Mais comme bien sûr elle n'aimait pas être bercée d'illusions, elle se disait qu'il était son grand frère de coeur, tout comme Kieran était son petit frère de coeur.

La belle était à présent à la clinique où ils étaient tous les deux nés. Elle attendait le jeune homme pour faire quelque chose de totalement inégale, soit fouiller dans les archives de tous les bébés qui étaient nés la même année que Sasha. Delia était sûre que les parents adoptifs de ce dernier n'ont pas changé son prénom, cela aurait été trop cruel. Mais cela était simplement ce qu'elle pensait. Parce que si ce dernier avait été changé...la recherche se révélerait bien plus difficile que prévu et il faudrait forcer les 'parents' de Sasha à leur dire son vrai prénom. Elle ne les laisserait pas s'en tirer si facilement avec leurs mensonges.

Delia sourit lorsque Sasha l'embraça dans ses bras, elle fit durer un peu plus l'étreinte parce qu'elle voulait garder son odeur sur lui, une odeur de grand frère, celui qu'elle aurait pu avoir mais qu'elle n'aura malheureusement jamais.

“Ce n'est pas grave. J'ai l'habitude de tes retards.”

La jeune fille le regarda avec un sourire malicieux accroché à ses lèvres mais son regard était celui d'un pure bonheur puisqu'elle était en sa présence.

“Sinon je vais bien, et toi ?”

Delia entra avec Sasha dans la clinique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Mer 5 Aoû - 21:07

Delia & Sasha
i am going to change my life today. i tell myself this everyday but i can never seem to do it when thought. i desperately want to. i wish i was strong enough. brave enough. or stupid enough to go after what i want.





« Eh ! Je ne suis pas si souvent en retard que ça ! » Se défendit le jeune homme alors qu’il affichait une moue boudeuse et offensée. Il ne l’était pas si souvent, mais presque ! Il faut dire que Sasha n’avait jamais eu une très bonne notion du temps et il était capable de se mettre en route cinq minutes avant un rendez-vous qui avait lieu à presque trente minutes de son appartement. Dès qu’il se perdait dans ses pensées ou qu’il faisait quelque chose, il en oubliait le reste et forcément : il se collait la réputation d’être un retardataire. Cela lui avait d’ailleurs causé quelques soucis lors d’un stage dans un journal réputé de New York : le rédac chef n’avait pas tant apprécié que le jeune stagiaire se permette d’être en retard plusieurs fois dans la semaine et lui avait clairement fait comprendre. Dès lors, Sasha avait fait un peu plus attention, mais les vieilles habitudes ont la vie dure.

Quoiqu’il en soit, cela n’entachait en rien sa joie d’être en présence de Delia. Même s’ils allaient faire quelque chose de complètement illégal, il ne pouvait s’empêcher d’être heureux et comblé. Il se passait quelque chose avec la petite brune, il le savait très bien, mais il était incapable de mettre des mots dessus. Il n’y arrivait pas. Mais il avait senti cette connexion entre eux dès l’instant où leurs regards se sont croisés : ça avait été comme une évidence. Ils se comprenaient tous les deux, et parfois, ils n’avaient même pas besoin de mot pour cela : un regard suffisait pour que l’autre comprenne instantanément. Et ce sont ces petites choses qui lui faisaient tout remettre en question. Cela ne lui arrivait jamais avec Emma. Il n’avait pas ce lien avec elle, alors qu’elle était sa sœur depuis toujours. Il l’aimait, oui. Cela ne faisait aucun doute. Mais pourquoi se sentait-il plus proche de Delia ? Il ne comprenait pas. Était-elle une sorte d’âme sœur ? Après ce qu’il avait traversé, Sasha voulait bien croire en tout ; plus rien ne pourrait le surprendre.

« Ça va. » Répondit-il dans un souffle. Il n’allait pas si bien que cela ; beaucoup trop de questions tournaient dans sa tête, et la tristesse de sa sœur lui brisait le cœur, mais il allait de l’avant. Sasha n’était pas le genre de mec à se plaindre sans cesse et il ne recherchait même pas la compassion. Il faisait face. La vie s’amusait à lui mettre des difficultés sur son chemin, et lui, il s’efforçait de les combattre. Il n’abandonnerait pas. Jamais. Et aujourd’hui, la vie devait bien s’en rendre compte : quoique le destin face, il était prêt. Quelles surprises l’attendaient encore ? C’était bien là toute la question.

Ils étaient à présent dans l’hôpital, et Sasha ne savait trop quoi faire. Il fallait qu’ils agissent normalement afin que personne ne les remarque vraiment. La vérité c’est qu’il avait un peu la trouille de se faire prendre : mais le risque en valait la peine. Ces archives contenaient peut-être son histoire, le nom de sa famille et grâce à elles, il aurait enfin les réponses qu’il espérait. Alors ouais, il pouvait bien prendre quelques risques supplémentaires. « Tu sais que tu n’es pas obligée de faire ça, hein ? Parce que si on nous chope, tu risques des ennuis toi aussi. » Il ne voulait pas que Delia ait des problèmes à cause de lui, elle ne le méritait pas. Et Sasha n’aimait pas vraiment mettre les gens dans ses ennuis. Il savait très bien que la jeune femme voulait à tout prix lui prêtait son aide, mais ils devaient être prudents. « Même si je suis très heureux qu’on fasse ça ensemble. » Avoua le jeune homme dans un sourire.

Il n’aurait pas pu le faire avec n’importe qui. Et s’il trouvait quelque chose en bas, il voulait le partager avec Delia. Parce qu’elle était là depuis un moment et qu’elle connaissait toute sa vie. Il lui avait tout raconté naturellement, tout comme elle l’avait fait auprès de lui. Oui, définitivement, il y avait quelque chose entre ces deux là, mais quoi ? Sasha l’ignorait et ne voulait pas se mettre de fausses idées en tête. Il n’espérait pas pour ne pas être déçu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Jeu 6 Aoû - 15:38

The kids aren't alright.


Delia Alevratos | Sasha E. Hawkins




Sometimes having a big brother is better than havin a superhero protecting you.

-----------------------------------------------


“Si. Tu es tout le temps en retard.”

Allez savoir pourquoi Delia se sentait si à l'aise en le taquinant. Bon d'accord elle le faisait avec tout le monde, principalement avec Jamie d'ailleurs mais cela était une toute autre forme de taquinerie, une qui la faisait sourire en permanence quand elle était en présence du jeune homme. Enfin on n'est pas là pour parler de Jamie, mais pour discuter de cette célèbre chose interdite qu'allaient faire Sasha Hawkins et Delia Alevratos. D'ailleurs savez-vous qui avait eu l'idée de le faire ? Notre belle Alevratos bien sûr. Il est vrai que son ami l'avait regardé bizarrement à l'annonce de cette idée parce que ce n'était pas franchement son genre d'enfreindre des lois comme celles-là.

En fait le jeune homme ne le savait pas qu'elle n'était généralement pas comme cela avant qu'elle ne lui dise son idée. Il l'avait simplement regardé quelques instants en haussant un sourcil avant de lui lancer qu'elle n'était pas du tout comme cela normalement. Parce que oui c'était comme cela entre eux. Ils devinaient des traits de caractère et des particularités de l'un et de l'autre sans qu'ils n'aient eu besoin de se le demander mutuellement. C'était comme inné chez eux et ça dérangeait assez la jeune fille de ne pas savoir la raison du pourquoi. Elle savait comment interpréter la plupart des gestes de Sasha et ils réussissaient à se comprendre en un seul regard.

C'était ce qui venait de se passer. Delia venait de regarder une des jeunes femmes qui se trouvaient à l'accueil de la clinique, une idée se formant directement dans son esprit. Cela sert d'étudier souvent, n'est-ce pas ? La belle regarda ensuite celui qu'elle considérait comme son grand frère de coeur. Elle lui fit comprendre qu'il fallait qu'il aille dans la salle des archives des naissances pendant qu'elle distrayait les personnes qui se trouvaient à l'accueil. Puis elle le rejoindrait plus tard, quand elle serait sûre qu'elle pourrait y aller.

Elle le regarda s'éloigner avec un petit pincement au coeur. Comme elle aimerait qu'il soit réellement son grand frère et qu'on l'ait enlevé, enfin plus kidnappé, à ses parents lorsqu'il était né. Cela expliquerait tellement bien le comportement bizarre de son père et de sa mère à chaque fois qu'elle leur demandait comment aurait pu être leur vie si elle avait eu un grand frère. Une nouvelle fois leurs regards déchirés s'imposa devant ses yeux, elle détestait réellement les voir dans cet état mais depuis qu'elle connaissait Sasha, la jeune fille ne pouvait plus du tout s'empêcher de leur poser cette question encore et encore, c'était réellement devenu une sorte d'obsession chez elle et elle commençait vraiment à en avoir marre.

“S'il te plait trouve quelque chose avant que je ne puisse te rejoindre...”, murmura la belle.

Delia sentait qu'il y avait des informations qui pourraient avoir un effet considérable sur elle dans cette salle, si jamais ils réussissaient à trouver la vraie fiche de naissance de Sasha. Cela serait des informations qui pourraient bien remettre toute sa vie en question. Cela lui faisait peur, cela l'effrayait, tout comme tant de choses depuis qu'elle était née. Bizarrement, Delia ne voulait plus rien savoir. Elle voulait s'enfuir, ne rien savoir et se réfugier chez un de ses amis, ou bien s'enrouler dans la couette si chaude et confortable de son lit.

Pourquoi fallait-il qu'elle prenne toujours des décisions qu'elle regrettait par la suite ? Cela lui arrivait tout le temps en ce moment et encore une fois, elle commençait à en avoir franchement marre. Il fallait vraiment qu'elle réfléchisse au moins plusieurs minutes avant de lancer à haute voix un plan qu'elle allait regretter par la suite, au point de vouloir fuir. Mais la curiosité et son amitié pour le jeune homme étaient bien plus forts que cette fichue peur qui lui hurlait de partir dans son esprit. Elle devait rester sinon elle s'en voudrait toute sa vie. De plus la belle n'avait jamais laissé tomber ses amis et ce n'est pas maintenant qu'elle allait commencer à le faire. Elle allait rester. Point barre.

“Bonjour madame, pourriez-vous me renseigner sur l'histoire de ce bâtiment et ensuite comment je pourrais faire un stage pendant les prochaines vacances ici s'il vous plait, et aussi si cela ne vous dérange pas trop ? Voyez-vous je suis en première année de médecine et ces deux choses me seraient vraiment utiles...”

La jeune femme lui sourit et commença à la renseigner tandis que Delia prenait des notes sur un bloc notes qu'elle avait toujours sur elle au cas-où. En plus, étant donné qu'elle faisait vraiment des études de médecine. Toutes ces informations pourraient vraiment lui être utiles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Ven 7 Aoû - 14:44

Delia & Sasha
i am going to change my life today. i tell myself this everyday but i can never seem to do it when thought. i desperately want to. i wish i was strong enough. brave enough. or stupid enough to go after what i want.





Ça y est. Il s’y trouvait. La salle des archives. Son cœur battait déjà trop rapidement dans sa poitrine, et il se sentait comme Indiana Jones sur le point de mettre la main sur le Saint Graal. Tellement de sentiments se bousculaient dans son cœur qu’il se sentait un peu perdu. Il aurait aimé ne pas être seul, mais il savait aussi que Delia devait faire diversion parce que sinon, il n’aurait jamais pu se rendre jusqu’ici. Mais Sasha ne se sentait pas bien pour autant. Quelque chose lui fichait la trouille dans toute son histoire et c’était certainement le fait que tout deviendrait encore plus réel une fois qu’il aura les noms de ses vrais parents. Il ne pourra plus faire marche arrière et faire comme si il ne savait rien. Il devra prendre des décisions, faire des choix importants et cela ne concernerait plus que lui seul : il lui faudra annoncer à deux personnes qu’il est leur fils, disparu à la naissance. Mon Dieu, toutes ces images lui filaient le tournis.

Il se posait beaucoup trop de questions. Et si ces personnes ne voulaient pas de lui ? Et s’ils avaient été d’accord avec toute cette histoire ? Peut-être ne voulaient-ils pas de cet enfant ? Il n’en n’avait aucune idée, et ces doutes commençaient à le rendre fou. Non, il était certain que sa famille biologique n’était pas dans le coup. On l’avait enlevé. Il avait été arraché à sa vraie famille. Une mère avait été privée de son fils. Mais il n’empêche que Sasha craignait de faire plus de mal que de bien avec toute cette histoire… Sauf qu’il avait besoin de connaître ses origines, il avait besoin de savoir d’où il venait et à présent, peu lui importait les conséquences.

Aujourd’hui, la plupart des archives étaient informatisées, et cela rendait la tâche beaucoup plus facile. Il n’aurait pas besoin d’éplucher tous les dossiers présents dans la pièce – si l’année de sa naissance avait été mise dans les archives virtuelles, évidemment. Il tenta le coup en s’installant sur une chaise, devant l’ordinateur et alluma ce dernier. Il fallait un mot de passe ; Sasha fouilla quelques secondes le bureau et trouva les données qu’il cherchait. Les gens faisaient comme lui : il notait les informations confidentielles sur un morceau de papier et laissait le papier à la vue de n’importe qui. Il en tirerait une leçon en rentrant chez lui.

Une fois sur la page des archives de la clinique, Sasha nota sa date de naissance et après quelques secondes, une page apparue. Il y eut douze naissances ce jour là. Cela réduisait au moins les recherches. « Parfait. » Se dit le jeune homme en soufflant un coup. Cela voulait dire qu’il allait bientôt trouver ce qu’il cherchait. Il restait quand même un doute sur son prénom : soit il avait toujours le même, soit ses parents avaient complètement changé son identité et là, ça poserait problème. Il espérait que ça ne soit pas le cas.

Il ouvrit le premier dossier, naissance d’une petite Eva. Définitivement, ce n’était pas lui. Le second indiquait un certain Matthew. Et il continuait encore, grimaçant à chaque fois qu’il ne tombait pas sur son prénom. Il en était au septième de la liste lorsque la porte s’ouvrit. Il se leva d’un coup et manqua de se casser la figure, mais il ne s’agissait que de Delia. « Vache, tu m’as fait peur ! » Marmonna-t-il en posant une main contre son cœur. Et c’est vrai qu’elle lui avait fichu la trouille : il a cru que c’était un membre du personnel.

« Tu viens finir avec moi ? Il me reste six dossiers à ouvrir… » La liste se réduisait au fil des minutes, mais il ne désespérait. Ça se trouve, il se trouvait en dernier, il n’en savait rien. Il ne faisait pas vraiment attention aux noms qui se situaient plus bas, il y allait au cas par cas parce qu’il craignait de rater une information. « Allez, viens. » Il lui prit la main et la fit s’asseoir sur la chaise qui se trouvait à côté de la sienne avant de s’y réinstaller également. Il tourna sa casquette sur le côté et cliqua sur le nom suivant, et son cœur rata un battement lorsqu’il lut les premières lettres du prénom. « Samuel… Au suivant. » Lâcha-t-il en affichant une petite grimace. Il détestait se faire des fausses joies comme ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Ven 7 Aoû - 16:58

The kids aren't alright.


Delia Alevratos | Sasha E. Hawkins




There's no buddy like a brother.

-----------------------------------------------


Au final cette femme qui se trouvait à l'accueil était plus que chiante. Bien sûr Delia aurait après pleins d'informations pour ses études et c'était quand même agréable de voir quelqu'un qui aimait tant son métier mais il y a parfois des excès, et cette fois ne faisait pas du tout exception. Bon voyons le bon côté des choses, au moins elle était en train de gagner du temps pour Sasha tandis qu'elle était presque en train de s'endormir sur son bloc-note. La jeune fille essayait de toujours garder un air intéressé, d'ailleurs il faudrait qu'elle remercie un jour ses parents de lui avoir fait prendre des cours de théâtre lorsqu'elle était plus jeune.

Et le monologue continuait encore et encore avec une Delia qui n'avait pas vraiment le temps d'en placer une. Si elle pouvait parler, la dame de l'accueil serait peut-être moins barbante, chose dont la belle doutait fortement. Pourtant la jeune femme était plutôt mignonne donc elle avait tous les atouts physiques pour plaire, mais apparemment elle n'en avait pas hérité au niveau de son charme parce que même sa voix endormait. Enfin la jeune fille se dit qu'elle pensait cela parce que elle revenait d'une dure et longue journée de cours, où elle avait bien sûr excellé dans toutes les matières, mais où elle avait essayé de garder ses yeux ouverts pendant chaque cours parce qu'elle avait fait une nuit blanche complète. Pourquoi ? Non pas parce que la belle n'avait pas réussi à s'arrêter à travailler mais parce qu'elle avait pensé à bien trop de choses à la fois. Elle s'était retournée pleins de fois dans son lit sans réussir à trouver le sommeil, elle avait compté les moutons, elle s'était racontée des histoires...Delia en était même venue à appeler tous ses amis, un par un, afin de leur demander à chacun la méthode qu'ils utilisaient pour s'endormir. Sauf que la belle se fit renvoyer royalement avec un “Dors.” puis ils coupaient court à la conversation, arrachant un grognement puis une insulte de la part de la jeune fille. A la fin Delia avait fini par faire plusieurs ébauches de chansons, puis un peu d'études (bon d'accord elle a un peu travaillé mais n'allez pas la blâmer pour cela, elle ne savait plus quoi faire pour s'endormir). La belle avait même dansé et avait fini par se regarder dans le miroir et se dire qu'elle était officiellement devenue complètement folle.

Sérieusement où était passée la Delia Alevratos si sérieuse et qui sortait seulement quand il y avait des soirées en fin de semaine ? Il fallait franchement qu'elle donne cette bonne baffe à Jamie la prochaine qu'elle allait le voir. Sauf qu'elle l'avait déjà fait...d'accord il fallait absolument qu'elle lui donne un coup de poing n'importe où mais qu'elle lui en donne un. Il l'avait bien trop dévergondée en trop peu de temps et il fallait que cela change rapidement. Ou pas. Ou si. Ou p...

“Ta gueule !”

La jeune femme ainsi que les autres personnes se trouvant dans le hall de la clinique, faisant rougir jusqu'aux oreilles comme une tomate Delia. Venait-elle juste de formuler ses pensées oralement ? Apparemment oui. Tout allait mal avec elle. Elle ne se reconnaissait plus du tout, elle était bien plus naturelle...oui elle profitait sûrement plus de la vie à présent. Le seul problème était qu'il fallait que ses notes restent au même niveau, soit A ou bien A+. La belle se demandait si elle avait plus de problèmes maintenant qu'avant où elle était plus 'rangée'.

Delia afficha un sourire désolée sur ses lèvres en regardant la dame en face d'elle.

“Excusez-moi, j'ai juste un petit problème où je dis mes pensées à haute voix. Je vous rassure, je suis en train de me faire traiter. Au revoir et...merci pour toutes ces informations.”

La jeune fille partit vite tout en rangeant son bloc-note et son stylo dans son sac. D'accord, on pouvait directement rayer la clinique où elle était née pour y faire un stage. C'était tout simplement mort, elle avait trop honte de l'incident qui venait de se passer. Ensuite, la jeune fille prit la direction de la salle des archives des naissances le plus discrètement possible, résultant au fait que personne ne la remarqua. Il fallait encore une fois qu'elle pense à remercier ses parents pour ces cours de théâtre.

“Désolée mais j'adore faire peur aux gens.”

La jeune fille lui adressa un sourire en coin et se laissa guider par Sasha qui la fit s'asseoir à ses côtés devant l'ordinateur.

“De toute façon je suppose que je n'ai pas vraiment le choix puisque tu m'as assise ici de force.”

Delia laissa échapper un léger rire de ses lèvres puis cliqua sur le prochain dossier qui fit arrêter net son rire. Sous ses yeux se trouvait le nom 'Sasha Alevratos', puis en dessous écrit en lettres capitales rouges 'DISPARU'. La jeune fille se leva de son siège tout en se supportant avec ses mains sur la table. Des larmes coulaient le long de ses joues à une vitesse folle. Elle ne savait plus si elle pleurait de joie ou de tristesse qu'on lui ait enlevé son grand frère. Elle avait envie de tuer ces fichues personnes qui l'avaient pris à sa famille. Elle comprenait tellement bien la réaction de ses parents à présent. C'était trop. Bien trop. Comment un simple nom pouvait marquer autant et provoquer tellement de sentiments mixes en même temps. Et puis ça arriva. Elle éclata en sanglots, perdit sa balance et tomba effondrée sur le sol, pleurant dans ses mains.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Sam 8 Aoû - 15:15

Delia & Sasha
i am going to change my life today. i tell myself this everyday but i can never seem to do it when thought. i desperately want to. i wish i was strong enough. brave enough. or stupid enough to go after what i want.





Ils arrivaient à rire un petit peu malgré la situation, et cela fit du bien à Sasha. Il avait besoin de ces moments où il n’était plus juste concentré sur cette tâche : il fallait aussi qu’il se marre un peu, parce qu’il risquait vraiment de perdre la tête. Mais malheureusement, l’amusement allait être de courte durée. Il avait cliqué sur un dossier qui n’était toujours pas le sien, et finalement, lorsque Delia clique sur le suivant, elle eut une réaction qui surprit le jeune homme. Il n’avait pas encore vu le nom qui s’était affiché, il n’avait pas encore capté que toute sa vie se trouvait à présent sur cet écran : il ne voyait que la jeune femme, en larmes, et il ne comprenait plus grand-chose. Elle s’écroula au sol et prit son visage dans ses mains, elle pleurait toujours autant et seulement à ce moment là, le regard de Sasha se posa sur l’écran. Seulement à ce moment là, il comprit la réaction de la jeune femme.

Un enfant du nom de Sasha Alevatros avait été porté disparu. Il mit quelques secondes à vraiment comprendre, à vraiment prendre conscience qu’il était cet enfant, que ce dossier parlait bel et bien de lui. Il vérifia la date une nouvelle fois, mais toutes les informations étaient les bonnes : il était le frère de Delia. Et il comprenait à présent la réaction qu’elle avait eue. Lui, il ne savait trop quoi faire, ni quoi dire. À vrai dire, il était en état de choc. Il voulait la vérité, il l’attendait depuis presque deux ans, mais elle lui paraissait à présent trop brutale, trop violente. Cela ne concernait vraiment plus que lui : une famille était à prendre en compte et… il avait une petite sœur. Une vraie. Une sœur biologique. Et cette sœur était au sol, en larmes.

Sasha n’arrivait pas à remettre ses idées en place, toutes les émotions se mélangeaient ; il était heureux, en colère, surpris, sous le choc, et au final, rien ne passait dans son regard. Il restait complètement vide, comme s’il n’était plus dans le monde réel. Il avait chaud. Il avait froid. Son corps tremblait un peu. Il venait de se prendre un choc émotionnel violent, et ça lui faisait carrément mal. Mais il sortit malgré tout de sa torpeur et se leva de sa chaise un peu brusquement. Son regard glissa jusqu’à la frêle silhouette de la petite brune et il tomba à genoux à ses côtés. Il ne savait même plus comment s’y prendre, ni ce qu’il devait faire alors il fit ce qui lui paraissait le plus naturel : il glissa ses bras autour de Delia et la serra contre lui.

Il n’arrivait pas à parler, sa gorge était bien trop serrée. Les larmes lui montèrent aux yeux, brusquement, violemment. Il n’avait pas pleuré depuis bien longtemps. Mais là, les larmes coulèrent d’elles-mêmes, toutes seules. Il ne pensait pas que ça aurait été si douloureux. Il ne pensait pas qu’il aurait eu cette réaction. En vérité, Sasha s’était imaginé être fou de joie ; il aurait sauté partout comme un kangourou, mais la réalité était toute autre. Il n’arrivait pas à être heureux. Il ne le pouvait pas parce qu’il prenait conscience que son absence avait du causer du tort à deux personnes et qu’une jeune femme en avait souffert, sans doute même sans en prendre conscience. « Je suis là… Tout ira bien. » Glissa-t-il finalement alors que l’une de ses mains caressait les cheveux de la petite brune. Ces gestes, il les avait fait des centaines de fois avec Emma, mais là, avec Delia, c’était différent. C’était beaucoup plus fort. Il se sentait complet, comme s’il avait retrouvé une partie de lui-même.

Et il comprenait enfin pourquoi les gens pensaient qu’ils étaient frère et sœur. Ils n’arrêtaient pas de dire qu’ils se ressemblaient, qu’ils avaient des traits communs, et cela faisait sourire Sasha parce qu’il se disait que la coïncidence était amusante. Mais ça n’avait rien d’une coïncidence. Ils étaient vraiment de la même famille. Ils partageaient plus qu’une belle amitié : ils avaient le même sang. Ça changeait tout et rien à la fois. « Il faut… Il faut qu’on sorte. » Finit par dire Sasha. La vérité, c’est qu’il ne se sentait pas au mieux. Il avait l’impression de mal respirer, qu’il manquait d’air. Il savait que c’était dû au choc, à cette nouvelle inattendue et qu’il était sur le point de faire une sorte de crise. Il lui fallait quitter cet endroit. Ils devaient tous les deux trouver un coin calme et parler de ce qu’ils ont découverts. Ils ne pouvaient pas le faire ici. Pas comme ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Dim 9 Aoû - 15:21

The kids aren't alright.


Delia Alevratos | Sasha E. Hawkins




I smile because you're my brother. I laugh because there is nothing you can do about it.

-----------------------------------------------


Delia n'avait jamais ressenti aucun vide en elle bien evidemment puisque ses parents ne lui avaient jamais parlé de ce grand frère qu'on leur avait volé à sa naissance, chose qu'elle comprenait une nouvelle fois tellement bien. Comment réussir à dire à leur dernière fille qu'elle a un grand frère perdu dans la nature et qui pourrait être vivant ou bien mort en ce moment-même ? On ne peut jamais savoir la véritable intention des personnes qui arrachent les nourrissons à leurs parents ? C'était un acte totalement impensable aux yeux de la jeune fille, qui se disait comme tout le monde que des actes horribles comme celui-là ne pouvaient jamais leur arriver. Pourtant cela avait été le cas et par le plus grand des hasards, le grand frère et la petite soeur s'étaient retrouvés, sans connaître bien sûr l'existence l'un de l'autre, et s'étaient directement bien entendus. Et c'était à ce moment-là que ce manque, dont elle n'avait pas conscience, s'était refermé en elle. Delia Alevratos était finalement complète et tout cela grâce à une seule personne, Sasha Hawk...ou devrais-je dire maintenant Sasha Alevratos ?

C'était tellement bizarre ces histoires. Comment réagir quand on pensait toute sa vie que l'on était fille unique ? D'ailleurs, en y repensant, elle aurait tout aussi bien se retrouver dans le même cas que son grand frère...grand frère, quel mot si nouveau à ses oreilles, à son coeur, à son esprit...Delia allait devoir s'y habituer petit à petit et cela allait sûrement être difficile. Cela allait sûrement être bizarre entre eux pendant un moment. En même temps, comment réagiriez-vous si vous appreniez du jour au lendemain qu'un bon ami à vous était votre grand frère ? La belle s'était imaginée sauter de joie puis serrer le plus fort qu'elle le pouvait son frère dans ses bras.

Enfin en parlant d'étreinte...Delia sursauta légèrement quand Sasha entoura ses bras autour d'elle et l'amenant contre elle. Comprenez-la encore une fois, ce n'était plus une étreinte amicale mais bel et bien un câlin fraternel, celui qu'un grand frère vous donne lorsque vous ne vous sentez pas bien ou bien simplement parce que vous êtes tellement proches, comme Delia et Sasha, que quand vous êtes assis, vous vous retrouviez assez souvent dans ses bras. Sauf que dans ce cas, c'était pour la consoler, tout en se consolant en même temps. Leur tout première vraie étreinte...la jeune fille mit quelques secondes à s'habituer à cette toute nouvelle sensation qui lui faisait tellement de bien et c'est ainsi qu'elle se retrouva bien blottie contre le torse du jeune homme...non, grand frère. Ce nouveau mot résonnait tellement bien à ses oreilles. C'était comme une nouvelle berceuse qu'elle se chanterait avant de dormir désormais si Morphée n'était passée par sa chambre comme la nuit dernière.

“Oui...tout ira bien...à partir de maintenant...”

De nouveaux sanglots firent vibrer son corps mais à présent c'étaient vraiment des larmes de joie qui coulaient à une vitesse folle le long de ses joues, lorsque Sasha caressa avec douceur ses cheveux, même si son visage ne le montrait pas vraiment. Pourtant cela l'était et tout cela grâce à une simple étreinte. C'était fou comment une simple chose pouvait bouleverser et changer des vies à jamais. Cela pouvait rendre heureux, malheureux ou bien les deux à la fois. Et puis en plus ils avaient des ressemblances physiques, cela renforçait le fait qu'ils étaient réellement frère et soeur.

Delia hocha simplement la tête lorsque Sasha lui annonça qu'il fallait sortir. Il était vrai que cette pièce était devenue soudainement étouffante à cause de cette célèbre nouvelle qui venait tout juste de changer leurs deux vies. La belle se releva difficilement puis essuya ses dernières larmes avant d'aider son frère à se relever. Elle devait réellement avoir une tête épouvantable mais en réalité, elle s'en fichait totalement. Ce qu'elle venait d'apprendre était quand même une très bonne nouvelle, non ?...même si sur le moment, les deux jeunes gens étaient assez secoués par cette dernière.

Ils essayèrent de sortir de la clinique le plus rapidement et le plus normalement possible. Bon bien sûr c'était difficile étant donné les regards dévastés que Sasha et Delia affichaient mais heureusement, personne ne leur dit rien du tout, mais ils n'en pensaient pas moins. Mais la jeune fille reprenait rapidement le contrôle d'elle-même et lança un magnifique regard noir à une personne qui les regardait bizarrement lorsqu'ils s'étaient un peu avancés dans la rue, tout en ne se disant rien.

“Au lieu de te préoccuper de la vie des autres, occupe-toi de la tienne. Ca te ferait beaucoup de bien d'avoir une vie, tu sais. Va voir Jamie Edison et il t'aidera. Et oui, je me fous totalement si tu ne le connais pas. Au revoir !”

La personne sembla comprendre le message puisqu'elle partit en courant, il faut dire que les regards charbonneux de la belle étaient assez efficaces et vous ne voudriez pas vous la mettre à dos parce qu'elle peut être un petit diable ou un magnifique ange. Puis Delia se tourna vers Sasha et lui dit comme s'il ne s'était rien passé.

“Tu veux aller quelque part en particulier ?”

Comment la jeune fille pouvait sembler si normale à présent alors qu'il y a à peine quelques minutes elle était en larmes dans les bras de son frère ? C'est le grand secret de la belle et qu'elle ne révèlera jamais à personne pour la simple et bonne raison qu'elle ne savait pas du tout comment elle y arrivait. Elle supposait juste que c'était peut-être une bonne chose, oui peut-être parce qu'on ne sait jamais ce que les autres peuvent en penser.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Ven 14 Aoû - 12:46

Delia & Sasha
i am going to change my life today. i tell myself this everyday but i can never seem to do it when thought. i desperately want to. i wish i was strong enough. brave enough. or stupid enough to go after what i want.





Sasha était complètement ailleurs. Il ne savait plus quoi faire, ni quoi dire. Toutes ces émotions le rendaient muet parce qu’il n’avait jamais été confronté à une telle situation. Avant, sa vie lui paraissait simple parce qu’il n’avait aucun problème : il était entouré de ses parents, de sa petite sœur, de sa bande de potes, il poursuivait ses études, sa vie allait parfaitement bien. Il avait l’impression de vivre continuellement sur un petit nuage : le monde lui ouvrait les bras et il pouvait en faire tout ce qu’il souhaitait parce qu’on ne lui mettait jamais de barrières. Le jeune homme s’était retrouvé dans la branche des chanceux, de ce qui n’avaient jamais trop d’efforts à fournir parce que le monde semblait être à leurs pieds, puisque l’argent ouvrait toutes les portes. Pourtant, il ne s’était jamais conformé aux désirs de ses parents et il ne s’était jamais reposé sur ses lauriers sous prétexte que papa et maman avaient de l’argent. Sasha aimait faire les choses par lui-même, et il réussissait parfaitement. Sa vie semblait être toute tracée, écrite et s’il n’avait jamais surpris cette conversation, il aurait suivi cette même route sans virage, sans accident. Il serait resté dans l’ignorance la plus totale.

Et aujourd’hui, il se retrouvait avec une deuxième famille, d’autres parents, une nouvelle petite sœur. Cela semblait complètement fou parce qu’il ne s’était pas imaginé que cela se passerait comme ça. Il ne s’était pas dit qu’il rencontrerait sa propre sœur dans un supermarché et qu’ils découvriraient ensemble leur lien de parenté. Cela semblait fou. Ça paraissait irréel et le brun ne savait plus quoi dire après cette étreinte qui lui fit pourtant beaucoup de bien. Il se sentait vide de toute émotion, de tout sentiment. Le poids qu’il portait sur ses épaules avait disparu, mais pas celui qu’il avait continuellement sur le cœur. Il se retrouvait encore partagé entre sa vraie famille et celle qui l’avait élevé durant toutes ces années. Il aimait ses parents. Peu importe ce qu’ils avaient fait à sa naissance, il les aimait malgré tout parce qu’ils ont été de bons parents. Il aimait sa petite sœur aussi, et il ne voulait pas qu’elle souffre de cela. Mais est-ce que Delia et sa famille comprendraient cela ? Pourront-ils comprendre que Sasha n’ait pas envie que les Hawkins aient des problèmes ? La suite semblait compliquée, avec de nouveaux virages à prendre, de nouvelles pages à écrire dans le livre de sa vie qui comportait déjà beaucoup trop de ratures.

Ils se retrouvèrent dehors, à l’air frais, et Sasha prit une grande inspiration. La petite brise de vent sur son visage lui faisait beaucoup de bien. Il se sentait oppressé, encore prisonnier de toute cette histoire. Allait-elle bien se terminer ? Il n’en savait trop rien. Le brun espérait que oui : il y avait déjà eu assez de souffrance surtout chez les Alevratos qui avait perdu un fils. Sasha se sentait un peu égoïste de penser aux Hawkins alors que sa famille biologique avait bien plus souffert que les autres. Mais il était conditionné pour aimer ses parents, pas vrai ? Son comportement ne changerait pas du jour au lendemain, c’était impossible. « Je sais pas… Chez un psy ? » Demanda-t-il en affichant un mince sourire. Avec toutes ces révélations, une thérapie lui ferait sans doute le plus grand bien, mais il n’était pas prêt pour cela. Il n’était pas prêt à déballer son histoire à une personne autre que ses amis les plus proches. « Non, j’en sais rien… » Il poursuivait sa route, marchant sur le trottoir sans but précis. Il avait cette envie de s’enfermer dans sa chambre, de hurler, de pleurer, d’appeler ses parents, de déballer tout ce qu’il gardait sur le cœur. Mais il n’en fit rien. Au final, il était bien mieux aux côtés de Delia.

« Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? » Demanda-t-il en coulant un regard vers sa petite sœur. Wow, ça lui faisait bizarre de dire qu’elle était sa petite sœur. « Pour tes parents, je veux dire ? » Nos parents, aurait-il dû dire ? Cela ne venait pas naturellement. Ce n’était pas encore complètement imprimé dans son esprit, il n’y arrivait pas. Il lui fallait vraiment du temps parce que tout était encore trop frais dans son esprit. Mais il faudrait bien que la famille Alevratos l’apprenne non ? Ils ne pouvaient pas rester dans l’ignorance pendant encore longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia. Ven 14 Aoû - 23:16

The kids aren't alright.


Delia Alevratos | Sasha E. Hawkins




What makes a brother-sister relationship special is the way each one remember the other when they are apart. They miss the talks, the laughs and the time they spent together. Life changes, memories don't.

-----------------------------------------------


Que faire ? Quoi faire ? C'était insensé, c'était exactement la même question et elle le savait pertinemment bien. Tout était mélangé dans son esprit, malgré le sourire qui s'affichait sur ses lèvres, mais Delia ne savait même pas elle-même si ce dernier venait réellement de son coeur ou si elle l'affichait simplement pour convaincre Sasha et elle-même qu'elle allait bien ? Comment le savoir quand c'était encore une fois le néant dans sa tête ? C'était tout simplement impossible. Son grand frère semblait tout aussi perdu qu'elle, sauf que lui au moins avait le courage de le montrer en public...et puis pourquoi c'était toujours à elle à qui on demandait ce qu'il fallait faire ? Elle n'était tout de même pas une encyclopédie sous forme humaine. Elle avait tout sauf la science infuse, surtout dans des situations comme celle-ci où elle venait de découvrir qu'elle avait un grand frère.

La jeune fille avait appris à se fabriquer une sorte de petit cocon autour d'elle, celui que l'on se fait quand on n'a aucun frère et aucune soeur à qui se confier et faire ses premières vraies bêtises avec. Elle avait fait ces dernières avec sa meilleure amie Morgan mais maintenant la belle se disait que ce n'aurait pas été la même chose si elle les avait faites avec Sasha...oh qu'elle était jalouse de cette autre fille qui avait eu l'exclusivité d'avoir le jeune homme simplement pour elle. Elle la détestait simplement pour l'avoir eu pendant toutes ces années où elle aurait du l'avoir. Delia était tellement égoïste et elle le savait, tout comme le fait que l'autre fille n'y était pour rien dans toute cette histoire...mais pourquoi Sasha ? Pourquoi lui ? Pourquoi n'avoir pas volé un autre enfant ou ne pas en avoir kidnappé un du tout ? Pourquoi avoir eu un tel plaisir à faire pleurer sa famille ? Mais maintenant elle comprenait pourquoi ses parents étaient si protecteurs envers elle depuis sa naissance. Elle avait simplement pensé avoir hérité de parents un peu trop protecteurs, mais ce n'était pas le cas. Elle venait de savoir cette horrible vérité le jour-même.

“Un psy ? Hahaha...c'est vrai que j'en ai vraiment d'un en ce moment précis.”

Oui un psychologue serait réellement parfait après toutes ces nouvelles. Il arriverait peut-être à stopper cette soudaine envie grandissante en elle d'aller assassiner ces soit-disant parents qui avaient élevé son grand frère et causé un mal immense à sa famille. Sasha demeurait dans sa famille, il était un Alevratos depuis le début et non un Hawkins. Il était à moitié grec et à moitié italien avec le statut de citoyen américain depuis sa naissance. Tout ce qui était en lui, que ce soit son physique ou bien son caractère, venait de leur famille à eux, la vraie, celle des Alevratos.

Mais voulez-vous savoir la chose la plus dure dans cette histoire ? Ce n'était pas d'aller présenter Sasha à ses parents et de leur annoncer qu'après plusieurs longues recherches, il était leur fils perdu. Oh là c'était sûr que ses parents n'allaient pas vouloir le laisser repartir de sitôt. Mais en même temps c'est tout à fait normal, ils ont vingt trois années à rattraper avec leur fils, en comptant le fait qu'avant il y aura eu des heures et des heures de pleurs parce qu'il avait enfin retrouvé Sasha, ce prénom qu'ils avaient si soigneusement choisi après avoir parcouru soigneusement de nombreux livres de prénoms américains pour bien accueillir ce premier bébé à avoir la nationalité américaine dès la naissance dans leur famille....puis tout s'était écroulé du jour au lendemain lorsqu'une sage-femme leur avait annoncé que leur bébé avait disparu...et maintenant que Delia savait toute la vérité, elle n'avait pas du tout envie de laisser partir son tout nouveau grand frère . Cela nous conduisait au fait que le plus dur dans toute cette histoire était que Sasha voudrait revoir son autre famille, celle qu'il aimait toujours et c'était tout à fait normal, elle le voudrait également. Mais, le savoir, était encore plus dur à accepter le fait qu'elle soit la vraie petite soeur du jeune homme et en ce moment-même, la jeune fille avait envie d'oublier tout ce qu'ils avaient appris et que Sasha était simplement en ville pour ses études.

Mais voulez-vous savoir un autre problème ? C'est qu'on ne peut jamais effacer la vérité, et cela fait mal en même temps que cela fait du bien de la savoir. Mais pourquoi...pourquoi avait-il encore fallu que cela soit son frère ? Pourquoi est-ce que cela n'arrivait pas que jamais aux autres ? Pourquoi est-ce que des choses si horribles et si rares, enfin d'après le peu d'informations qu'on avait dessus, n'arrivait pas que jamais aux autres ?

“Je ne sais vraiment pas quoi faire...où parler de cela et...”

Et pourquoi fallait-il qu'elle sente encore des larmes couler le long de ses joues ? Elle était réellement une vraie madeleine aujourd'hui mais encore une fois, c'était tout à fait à fait normal dans son cas. Delia essuya presque rageusement ses larmes et soupira.

“J'aimerais tellement avoir la science infuse, que tu ne sois pas mon frère et que ta...famille soit ta vraie famille...enfin qu'est-ce que je raconte, elle t'a éduqué alors bien sûr qu'elle est ta vraie famille.”

La belle passa une main dans ses cheveux en soupirant une nouvelle fois avant de s'asseoir sur un banc qui se trouvait non loin de là dans un petit parc. Elle était à nouveau toute déboussolée mais ne l'avait-elle pas été tout le temps tout comme Sasha ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the kids aren’t alright w/ delia.

Revenir en haut Aller en bas
the kids aren’t alright w/ delia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Master kids 2009
» The Copter Kids
» LES PHOTOS DU MASTER-KIDS
» Mc Do Kids Iron Tour 2009 à Orléans le 8juillet
» Salut les Timono's kids

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream New York :: 
Archives
 :: Rps
-